GIRAUD ANDRÉ (1925-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 3 avril 1925 à Bordeaux dans une famille d'enseignants, André Giraud intègre l'École polytechnique en 1944. Il en sort major, ingénieur du corps des mines, non sans être passé par l'École nationale supérieure du pétrole et des moteurs. Sa carrière sera placée sous le signe de l'énergie.

Entré en 1949 au ministère de l'Industrie, il entame en 1951 une longue période d'activité à l'Institut français du pétrole. Il quitte l'I.F.P., sans s'éloigner du monde pétrolier, en devenant en 1964 directeur des Carburants au ministère de l'Industrie, poste qu'il occupera pendant cinq ans. C'est durant cette période notamment que sera créé le groupe Elf.

Après un passage au ministère de l'Éducation nationale, où il dirige le cabinet d'Olivier Guichard et s'efforce d'introduire un plus grand esprit de gestion au sein de cette administration, André Giraud revient à l'énergie, mais dans un tout autre domaine. De 1970 à 1978, il est administrateur général délégué du Commissariat à l'énergie atomique (C.E.A.). Ces années seront marquées par le lancement du programme nucléaire français, dans un contexte difficile pour le C.E.A., qui en laissera à E.D.F. la primauté du développement, mais y gagnera une responsabilité au niveau du cycle du combustible (confiée en 1976 à sa filiale, la Cogema), ainsi qu'une mission et une organisation clarifiées. La qualité des relations entre André Giraud et Marcel Boiteux, alors directeur général d'E.D.F., facilitera grandement l'arrêt de la bataille des filières entre les deux établissements. André Giraud sera aussi un ferme défenseur de la force de frappe.

En 1978, l'année du second choc pétrolier, André Giraud est nommé ministre de l'Industrie dans le gouvernement de Raymond Barre. Il sera l'un des artisans du succès du programme nucléaire français qu'il défendra avec persévérance et opiniâtreté. Cette position n'empêchera pas son engagement vigoureux en faveur des économies d'énergies (qu'il popularisera à travers « la chasse au gaspi ») et des énergies nouvelles [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

France. Condamnation à la réclusion perpétuelle des assassins de Georges Besse. 9-14 janvier 1989

. de la Régie Renault. Dès la première audience, au cours de laquelle témoignent André Giraud et Édith Cresson, les accusés se font expulser pour insolence. Le 10, les quatre accusés se retirent définitivement des débats. Le 14, devant un box vide, le président Xavier Versini, suivant la requête de l'avocat général, prononce leur condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité. […] Lire la suite

France. L'« affaire Luchaire » et le débat sur le financement des partis. 2-26 novembre 1987

hebdomadaires, un rapport remis en juin 1986 par Jean-François Barba, contrôleur général des armées, à la demande du ministre actuel André Giraud, et classé « confidentiel-défense » mettrait en cause deux anciens collaborateurs de Charles Hernu, ancien ministre de la Défense, et laisserait entendre […] Lire la suite

Libye – Tchad. Cessez-le-feu entre N'Djamena et Tripoli. 5-16 septembre 1987

, par un missile Hawk tiré par la défense antiaérienne française. À Paris, André Giraud annonce que la France n'a pas l'intention de modifier le dispositif Épervier, face à cette dangereuse escalade. Le 9, Kenneth Kaunda, président en exercice de l'Organisation de l'unité africaine, demande […] Lire la suite

France. Multiplication des attaques de la majorité contre le chef de l'État. 19-28 août 1987

ravitailleur pour André Giraud, ministre de la Défense, ce dernier quitte Istres avant la fin de la visite présidentielle en déclarant : « Je ne sers à rien. » L'Élysée comme Matignon s'efforcent de minimiser cet incident protocolaire. Le 22, François Mitterrand inaugure à Digne, dans les Alpes-de-Haute […] Lire la suite

France. Approbation par le président François Mitterrand des propositions soviétiques sur les euromissiles et réserves dans la majorité. 4-10 mars 1987

Le 4, le Conseil des ministres évoque la position que la France doit adopter sur l'offre soviétique de suppression des missiles nucléaires de portée intermédiaire en Europe. Après que Jean-Bernard Raimond, ministre des Affaires étrangères, et André Giraud, ministre de la Défense, eurent exprimé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique GANIAGE, « GIRAUD ANDRÉ - (1925-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-giraud/