Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HYDERĀBĀD, Union indienne

Inde : carte administrative

Inde : carte administrative

Ville de l'Inde, la sixième par sa population (3 637 400 hab. au recensement de 2001). Située dans le centre-est de la péninsule, sur les grands plateaux gneissiques du Deccan, elle est la capitale de l'État d'Āndhra Pradesh. Fondée en 1589 par l'un des souverains de Golconde, puissant royaume musulman de l'Inde du Sud, Hyderābād doit sa fortune à son rôle de capitale de cet État. Le nizẓām de Hyderābād, réputé fidèle allié ne jouit cependant que d'une confiance relative de la part des Britanniques, qui installèrent près de la ville le grand cantonment (quartier militaire) de Secunderābād. La ville garde de sa période islamique une importante population musulmane, des classes dirigeantes qui parlent l'urdu au milieu d'une population parlant le telugu (langue dravidienne), et des vestiges architecturaux comme la mosquée aux quatre minarets, ou Car mīnār.

Lors de l'indépendance, malgré la résistance du nizẓām, l'État de Hyderābād fut incorporé à l'Union indienne et partagé en 1956 entre l'Āndhra Pradesh, pour les parties parlant telugu, et le Mahārāshtra. La ville de Hyderābād possède des industries métallurgiques, chimiques, ferroviaires et textiles auxquelles s'ajoute une importante manufacture de cigarettes. Le développement de la région est tiré par les activités de hautes technologies. La ville est assez compacte, au cœur de sa vieille enceinte fortifiée, mais elle s'étale en direction de Secunderābād, beaucoup plus aérée, comme tous les anciens cantonments. Les ruines de Golconde sont à proximité, témoignant de son passé religieux. Elle garde un rôle culturel important avec la célèbre Osmania University, l'une des meilleures universités de l'Inde. Centre d'échanges, elle est devenue un carrefour actif de routes terrestres et aériennes.

— François DURAND-DASTÈS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Inde : carte administrative

Inde : carte administrative

Autres références

  • ĀNDHRA PRADESH

    • Écrit par François DURAND-DASTÈS
    • 1 072 mots
    • 1 média

    C'est au cœur de l'actuel Mahārāshtra, qui n'était certainement pas alors aussi aryanisé que maintenant, qu'apparaît, au ~ ier siècle, la dynastie des Sātakani, ou Shātavāhana (« fils du cheval » en mounda ?), ou Āndhrabhritya (« serviteurs des Āndhra »), ou simplement...

  • INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

    • Écrit par Philippe CADÈNE, François DURAND-DASTÈS, Georges MASCLE
    • 16 437 mots
    • 10 médias
    ...sont toujours actifs les centres anciens d'industrie lourde de la vallée de la Damodar ainsi que le complexe productif de Jamshedpur ; ou de la région d'Hyderabad, qui se développe très rapidement grâce aux activités de hautes technologies. D'autres régions ont une activité importante, mais insuffisamment...
  • NEHRU JAWĀHARLĀL (1889-1964)

    • Écrit par Paresh CHATTOPADHYAY
    • 2 346 mots
    • 4 médias
    ...dans l'Union indienne représentait un premier pas dans ce sens. La plupart optèrent soit pour l'Inde, soit pour le Pākistān, sauf les États de Junagadh, Hyderābād et du Kashmīr, qui posaient des problèmes particuliers. Les deux premiers de ces États avaient à leur tête des chefs musulmans, alors que leurs...
  • PATEL VALLABHAI (1875-1950)

    • Écrit par Christiane HURTIG
    • 1 126 mots
    • 1 média

    L'Inde moderne doit à Nehru son image et son rayonnement. Mais l'homme qui l'a édifiée pièce à pièce avec la patiente et indomptable obstination de ces hommes d'État dont l'histoire est avare fut Patel. « Si Patel avait vécu... », la question se pose au détour de toutes les réflexions sur l'évolution...

Voir aussi