BIERCE AMBROSE (1842-? 1914)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sa vie, et plus encore sa mort, ont longtemps conféré à Ambrose Bierce plus de célébrité que ses œuvres. Engagé dans le 9e régiment des volontaires d'Indiana, Bierce combat du côté sudiste pendant la guerre de Sécession. On le retrouve ensuite, sur la côte ouest, journaliste à scandale, d'une férocité venimeuse rarement égalée. Celle-ci lui vaut de travailler une vingtaine d'années pour la presse Hearst, dont il sera l'un des éditorialistes les plus virulents et les plus détestés. L'homme avait d'ailleurs l'art — et le besoin — de s'attirer l'animosité, voire la haine, de ceux-là même auxquels il tenait le plus. Ce personnage complexe, alcoolique, hypocrite, moralisateur, mais profondément immoral, capable aussi d'une étrange forme d'honnêteté et d'éclairs de gentillesse au milieu d'une méchanceté grinçante soigneusement cultivée, part sur la fin de sa vie pour le Mexique, alors en pleine révolution, et disparaît sans que le mystère de sa mort ait jamais été éclairci.

Bierce a publié de son vivant ses œuvres complètes (Collected Works, 1909-1912), dont une grande partie, qui touche à de vieilles polémiques, est aujourd'hui illisible. Plus connu est Le Dictionnaire du diable (The Devil's Dictionary, 1906), collection d'épigrammes et d'aphorismes qui n'est pas sans évoquer le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert. Mais ses meilleurs récits sont sans conteste ceux que lui inspira la guerre civile, et surtout ses histoires d'épouvante où, avec le thème de la peur suscitant le surnaturel, font intrusion, avant Freud, ceux du parricide et de l'inceste, dominés par l'influence de la sexualité. Certaines de ces histoires font maintenant partie d'innombrables anthologies de la littérature fantastique ; outre le goût du macabre, elles reflètent une plongée dans l'inconscient.

—  Jean-Paul ROSPARS

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'Institut Charles-V, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Pour citer l’article

Jean-Paul ROSPARS, « BIERCE AMBROSE (1842-? 1914) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambrose-bierce/