ADONIS ‘ALĪ AHMAD SA'ĪD dit (1930- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le poète arabe Adonis est né en Syrie, à Djabla, près de Lattaquié, dans une famille de paysans montagnards. C'est vers 1948 qu'il signe ses premiers poèmes du pseudonyme sous lequel il deviendra célèbre. Il achève des études de philosophie en 1954 à Damas, où il fréquente assidûment les salons littéraires, notamment celui des Khoury. Au cours de cette période, il s'acharne à apprendre le français et découvre Max Jacob, Supervielle, Henri Michaux. Il s'installe en 1957 à Beyrouth, où il crée avec le poète Yūsuf al-Khāl la revue Shi'r (Poésie) qui publiera des textes fondamentaux. Il se lie, en 1958, avec Badr Shākir as-Sayyāb, dont il publie Unshūdat al-Maṭar. Au cours d'un séjour à Paris, il fait la connaissance de Prévert, de Jouve, de Bonnefoy, de Follain, de Henri Thomas, d'Emmanuel, poètes qu'il traduira dans sa revue. En 1968, il se sépare du groupe Shi'r et crée Mawaqif. À partir de 1971, il devient professeur à l'université et enseigne à Beyrouth puis à Paris, avant de devenir fonctionnaire international chargé de problèmes culturels arabes.

Adonis est probablement celui qui a questionné la culture et la langue arabes avec le plus de passion. Il le fait aussi bien dans son œuvre, l'une des plus importantes de ce demi-siècle, que dans ses analyses critiques, ou encore à travers l'orientation donnée aux deux revues qu'il a dirigées. Son rapport avec la langue est existentiel : il veut la « changer », la travailler comme elle ne le fut jamais pour y forger une autre image du monde. En elle se déroulent les opérations d'une alchimie obscure, mais fertile en métamorphoses. En elle s'entreprend un voyage rendu perpétuel par le déplacement des horizons du sens.

Il y a, en la pensée d'Adonis, une double nécessité, celle d'une déchirure et celle de la renaissance qui suivra. Opposition qui structure bien des images où s'étreignent l'amour et la mort, le temps et le monde, l'espérance et la réalité. Ainsi la poésie n'a-t-elle d'autre fonction que d'être l'écriture du monde, sa palpitation secrète. La langue, dans ses entrelacs, e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  ADONIS 'ALI AHMAD SA'ID dit (1930- )  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'aventure de l'image »  : […] La valorisation, dont la poésie a fait l'objet au cours des siècles, peut expliquer qu'elle se détache plus tardivement des modes d'écriture antérieurs. Certes, il faut attendre la seconde moitié du xx e  siècle pour que la production poétique connaisse une remise en cause radicale de ses modes. Il n'en est cependant pas moins vrai que les évolut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_89535

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « ADONIS ‘ALĪ AHMAD SA'ĪD dit (1930- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ali-ahmad-sa-id-adonis/