BRONGNIART ALEXANDRE THÉODORE (1739-1813)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Palais Brongniart

Palais Brongniart
Crédits : Hulton Getty

photographie

Bourse de Paris

Bourse de Paris
Crédits : AKG

photographie


Architecte français. Passé à la postérité grâce au palais de la Bourse, Brongniart est une figure particulièrement représentative de son temps, dans la mesure où sa carrière épouse les orientations complexes de l'histoire entre la fin de l'Ancien Régime et l'apogée de l'Empire. Élève de Blondel et de Boullée, il acquiert, chez l'un, la maîtrise de cette science très « française » de l'ordonnance et, chez l'autre, une réelle virtuosité du dessin. Échouant trois fois au Prix d'architecture, il se lance, dès 1765, dans l'achat à la Chaussée-d'Antin, alors en pleine expansion, d'importants terrains qu'il revend avec l'obligation faite au nouveau propriétaire de s'adresser à lui pour la construction projetée. Ses relations avec la marquise de Montesson — épouse morganatique du duc d'Orléans pour laquelle il édifie son premier hôtel (1770-1771) — lui assurent la protection de la haute aristocratie et du milieu de la finance. Il reçoit alors de nombreuses commandes : les hôtels Taillepied de Bondy (boulevard Montmartre, 1771), de Mlle Dervieux (rue Chantereine, 1778), de même que les hôtels Bouret de Vézelay (rue Taitbout, 1777) et de La Massais (rue de Choiseul, 1778), puis un groupe de maisons (rue Neuve-des-Mathurins, 1776).

Palais Brongniart

Palais Brongniart

photographie

L'immeuble de la Bourse de Paris appelé aussi Palais Brongniart, du nom de son architecte, le Français Alexandre Théodore Brongniart (1739-1813). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Si l'urbanisme haussmannien a supprimé ces grands hôtels comme ces « petites maisons » édifiées pour des danseuses et des chanteuses d'Opéra, c'est sur la rive gauche, autour du boulevard des Invalides, qu'il faut chercher le souvenir de Brongniart. En tant qu'architecte de l'École militaire et des Invalides (1782-1792), il a donné à ce quartier sa physionomie actuelle par le tracé de la place de Breteuil et des avenues alentour. Après la construction de l'hôtel de Monaco, rue Saint-Dominique (1774-1777), il obtient, grâce à l'appui de M. de Montesquiou, de faire percer la rue Monsieur et réalise ainsi une fructueuse opération immobilière, concrétisée par les hôtels de Montesquiou (1781), de Bourbon-Condé (1782) et sa propre demeure, au coin du boul [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BRONGNIART ALEXANDRE THÉODORE (1739-1813)  » est également traité dans :

GABRIEL ANGE JACQUES (1698-1782)

  • Écrit par 
  • Michel GALLET
  •  • 3 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'École militaire »  : […] des maréchaux. D'une cour à l'autre, les immenses bâtiments de l'école sont desservis par des galeries voûtées d'une gravité quasi monacale. Après 1780, l'exécution des plans de Gabriel fut conduite à son terme par Alexandre Brongniart. Les deux ailes qui allongent la façade sur l'avenue de La Motte-Picquet sont une adjonction du xixe siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ange-jacques-gabriel/#i_14296

Pour citer l’article

Béatrice de ROCHEBOUET, « BRONGNIART ALEXANDRE THÉODORE - (1739-1813) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-theodore-brongniart/