PÉTION ALEXANDRE SABÈS dit (1770-1818)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État haïtien, né le 2 avril 1770 à Port-au-Prince, mort le 29 mars 1818 à Port-au-Prince.

Fils d'un riche colon français et d'une mulâtresse, Alexandre Sabès, dit Pétion, sert dans l'armée coloniale française avant la Révolution de 1789. Il rejoint ensuite les troupes révolutionnaires de Toussaint Louverture et, par la suite, du général mulâtre André Rigaud. Mais, lorsque ce dernier, après avoir instauré un État mulâtre dans les provinces du sud de l'île, est battu par Toussaint, Pétion se réfugie en France. Il rentre à Saint-Domingue en 1802 avec l'armée française envoyée pour reconquérir la colonie. Il est ensuite l'un des premiers officiers haïtiens à se révolter contre la France. En 1806, il prend la tête d'une insurrection contre Jean-Jacques Dessalines qui, après avoir chassé les Français en 1803, a proclamé l'indépendance d'Haïti et s'est déclaré empereur. Lorsque Dessalines meurt, Pétion est élu président du sud de l'île en 1807 tandis que Henri Christophe instaure un État séparé dans le Nord. Réélu en 1811, Pétion sera nommé président à vie en 1816.

Influencé par le libéralisme français, Pétion divise les grandes plantations en petites parcelles qu'il distribue à chacun de ses soldats. Dégagés de l'obligation de fournir une production excédentaire aux propriétaires terriens, les Haïtiens se contentent de produire les quantités nécessaires pour répondre à leurs besoins. L'économie connaît alors une période de déclin accompagnée d'une inflation galopante. Le régime de Pétion est également marqué par les luttes incessantes avec Henri Christophe et ses propres généraux dissidents. Les Haïtiens gardent cependant en mémoire le libéralisme de ce chef de file de l'indépendance tandis que les Sud-Américains lui sont reconnaissants pour le soutien qu'il a apporté à Simón Bolívar dans sa lutte pour l'émancipation des colonies espagnoles.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  PÉTION ALEXANDRE SABÈS dit (1770-1818)  » est également traité dans :

BOYER JEAN-PIERRE (1776-1850)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 372 mots

est élevé en France. Après avoir combattu le général noir Toussaint Louverture et s'être rallié au chef mulâtre Alexandre Pétion, il est au côté de ce dernier contre Henri Christophe, quand l'assassinat de l'empereur Jean-Jacques Dessalines (1806) transforme en rivaux les deux leaders. Désigné par Pétion pour lui succéder à la présidence (1818) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-boyer/#i_12636

HAÏTI

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 8 676 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le Sud contre l'Ouest »  : […] près d'une décennie. La guerre d'indépendance se poursuit sous l'égide des lieutenants de Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines, Henry Christophe, Alexandre Pétion, Nicolas Geffrard qui, grâce aux armes prises aux Français ou achetées aux Anglais et aux Américains, réussissent à mettre en déroute l'armée française […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haiti/#i_12636

Pour citer l’article

« PÉTION ALEXANDRE SABÈS dit (1770-1818) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-sabes-petion/