FARAZDAQ AL- (apr. 641-728)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Célèbre poète arabe né au Yamāma. Très jeune encore, Tammām ibn Ghālib al-Farazdaq se signale à l'attention de sa tribu par son talent, et entame une très longue carrière de panégyriste et de satiriste dont les péripéties seront nombreuses. Son but est de devenir le protégé de la dynastie régnante, les Ummayades. Sa fortune, quelquefois changeante, le conduit à Médine de 669 à 675, en Iraq, à Damas, où il devient le panégyriste officiel de plusieurs califes, à Baṣra enfin, où il meurt non sans avoir connu, sur la fin de sa vie, quelques revers et même la prison.

L'œuvre poétique d'al-Farazdaq est importante et marque la production du premier siècle de l'hégire avec celle de ses deux grands adversaires Djarīr et al-Akhṭal. Il échangea en effet avec eux des diatribes qui sont restées célèbres. Chez al-Farazdaq, la satire est violente, grossière et même, assez souvent, obscène. Outre les épigrammes, isolées ou incluses dans des compositions d'inspiration laudative plus longues, l'œuvre compte de très nombreux panégyriques adressés aux protecteurs du poète. Ces pièces n'excèdent pas une trentaine de vers et plusieurs d'entre elles ne comportent pas de prélude élégiaque, le classique nasīb, qui finira par devenir une des caractéristiques de la qaṣīda tripartite.

La langue d'al-Farazdaq est vigoureuse, riche, sans jamais cependant tomber dans la recherche ni rebuter par une trop grande difficulté. Cette caractéristique, ajoutée aux qualités qui marquent la facture des poèmes et le traitement des thèmes, fait d'al-Farazdaq l'héritier de la grande tradition bédouine dont commence à se distinguer nettement une poésie d'inspiration et de langage modernisants.

—  Jamel Eddine BENCHEIKH

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FARAZDAQ AL- (apr. 641-728)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une poésie officielle »  : […] Le terme de poésie officielle n'est pas encore péjoratif. Il le deviendra. Il désigne l'énorme production consacrée depuis l'Islam et jusqu'à Šawqī et Ḥāfiẓ Ibrāhīm (morts tous deux en 1932) à des personnages puissants de la classe politique. Elle est faite des poèmes les plus longs et les plus nombreux que compte la poésie arabe. C'est par cette épreuve que doit passer le poète s'il veut conquéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_6389

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « FARAZDAQ AL- (apr. 641-728) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-farazdaq/