ABŪ L-FARADJ ‘ALĪ AL-IṢFAHĀNĪ (897-967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De son nom ‘Ali ibn al-Ḥusayn, un des plus célèbres humanistes arabes du xe siècle, né à Ispahan, mort à Bagdad. Ses études dans cette ville portèrent à la fois sur les sciences religieuses et sur ce vaste domaine nommé adab qui recouvre à la fois la littérature, l'histoire, la géographie et même la musicologie. Une grande partie de sa vie s'écoula en voyages dans le Proche-Orient ; il fit un long séjour à Alep auprès du prince mécène Sayf al-Dawla, puis il revint se fixer à Bagdad où il jouit d'un grand renom à la cour des Būyides et où il mourut entouré d'un rare prestige dû à sa science. Il était de confession shī‘ite.

De son œuvre, pour la plus grande partie historiographique, subsiste un ouvrage prestigieux, le Kitāb al-Aġānī ou Livre des chansons. Ce titre, plusieurs fois utilisé avant Abū l-Faradj, s'explique par le fait qu'au départ figure l'étude de cent poèmes chantés, constitués en recueil sur l'ordre du calife Hārūn al-Rachīd et définitivement colligés sous l'un de ses successeurs, al-Wātiq. Dès le début, Abū l-Faradj signifie toutefois que son propos est bien plus vaste. Et, de fait, le Livre des chansons renferme à la fois des précisions sur les modes utilisés par les compositeurs de mélodies et aussi des biographies sur les cantors, sur les mécènes et sur les poètes à qui sont attribués les vers mis en musique. Quand il l'a jugé utile, l'auteur a inséré dans ces données des narrationes sur les circonstances qui avaient inspiré les poèmes cités. Au surplus, Abū l-Faradj dépasse la simple érudition accumulative : il est préoccupé de confronter et de discuter ses matériaux tout autant que de les rassembler ; il travaille certes à la limite de l'histoire, mais, moins que personne, il ignore qu'il manie des données discutables qu'il faut étayer de garanties. Ses récits sont donc toujours précédés d'une « chaîne de garants » en sorte que sa méthode se confond avec celle des « traditionnistes » rapportant les données historico-biographiques sur le prophète Mahomet et sur les grands ancêtres de l'islam.

Le Livre des chansons nous apparaît comme une manière d' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Pour citer l’article

Régis BLACHÈRE, « ABŪ L-FARADJ ‘ALĪ AL-IṢFAHĀNĪ (897-967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-faradj-ali-al-isfahani/