BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

TRIBUN DE LA PLÈBE

La notion de plèbe a évolué : aux origines de la République romaine, elle recouvrait un groupe social comprenant riches et pauvres, mais tous également exclus des honneurs ; aux deux derniers siècles avant notre ère, elle ne s'appliquait plus qu'aux hommes libres et démunis. Le tribun exerçait la fonction de défenseur de leurs intérêts face au pouvoir politique.

L'origine de cette institution doit être cherchée au début du ~ ve siècle. La légende dit qu'en raison des conflits qui les opposaient aux patriciens détenteurs exclusifs des charges de l'État, les plébéiens, en ~ 494, se retirèrent sur le mont Sacré ; les maîtres de l'heure, pour mettre un terme à cette sécession, accordèrent aux rebelles une magistrature qui reçut d'abord deux, puis quatre, puis dix titulaires.

Les tribuns de la plèbe disposaient d'un droit de veto (intercessio) qui leur permettait d'annuler toute mesure jugée contraire aux intérêts de leurs mandants. La justice et les dieux les protégeaient : ils étaient en effet réputés inviolables et sacro-saints ; les toucher revenait donc à commettre à la fois un crime et un sacrilège. Ils pouvaient en outre contraindre les récalcitrants, s'adresser au peuple et proposer des lois. Mais sur eux pesaient les mêmes limites qui freinaient les autres magistrats : ils étaient soumis à l'annalité, à la collégialité, et le cumul leur était interdit, tout comme l'itération (renouvellement immédiat du mandat) ; enfin, ils perdaient leurs pouvoirs à mille pas autour de Rome.

Ils étaient élus par des assemblées dont les patriciens étaient exclus ; pour être électeur et éligible, il fallait avoir effectué son service militaire, jouir du statut de citoyen romain et appartenir à la plèbe. Claudius, qui visait cette charge, mais appartenait au patriciat, se fit adopter par un plébéien appelé Clodius et changea donc son nom.

Cette magistrature prit de l'importance avec les Gracques, Tiberius (~ 133) et Caius (~ 123-~ 121), qui proposèrent un programme réformiste à bas [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

LE BOHEC, « TRIBUN DE LA PLÈBE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribun-de-la-plebe/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« TRIBUN DE LA PLÈBE » est également traité dans :

CÉRÈS, religion romaine

Écrit par :  Jean-Claude DUMONT

L'assimilation du panthéon romain au panthéon grec a fait confondre la Cérès latine avec Déméter et prêter à la première — personnalité divine sans histoire et sans visage — aventures et traits humains de la seconde. Pourtant, en dépit de cette hellénisation précoce et poussée, la déesse a conservé dans son culte ses… Lire la suite
CLODIUS PUBLIUS APPIUS (-93 env.--52)

Écrit par :  Joël SCHMIDT

Issu de la famille patricienne Claudia dans la Rome républicaine, le jeune Clodius se signale très jeune par ses malversations : il sert en effet en Asie sous les ordres de son beau-frère, Lucullus, et tente en ~ 68 de soulever les légions afin de s'emparer des trésors et du butin qui appartiennent à son riche parent. Lucullus chasse alors Clodius… Lire la suite
COMICES TRIBUTES

Écrit par :  Jean-Pierre MARTIN

En ~ 494, les plébéiens, en lutte contre les patriciens, créent le concilium plebis qui devait voter les mesures applicables à eux seuls (les plébiscites). Lorsque ces plébiscites reçoivent valeur légale pour l'ensemble de la population romaine (au milieu du ~ ve siècle, puis en ~… Lire la suite
LES GRACQUES

Écrit par :  Xavier LAPRAY

L'action de Tiberius et de Caius Gracchus marque la rupture du consensus qui, depuis près d'un siècle, unissait l'aristocratie romaine dans le gouvernement de la cité. Ces deux frères, issus de la haute noblesse romaine, sont élus au tribunat de la plèbe à dix ans d'intervalle, et proposent des réformes qui provoquent de violentes réactions. L'aîné… Lire la suite
GRACQUES (LES)

Écrit par :  Claude NICOLET

Les deux frères Tiberius et Caius Sempronius Gracchus furent tribuns de la plèbe, le premier en 133 avant J.-C., le second en 123-121, et auteurs de deux tentatives révolutionnaires pour résoudre le problème agraire et donner de nouvelles bases à l'État romain. Ces essais de réformes se heurtèrent à l'opposition des grandes… Lire la suite
LES GRACQUES - (repères chronologiques)

Écrit par :  Xavier LAPRAY

— 133 Tribunat de la plèbe de Tiberius Gracchus qui fait voter une loi agraire (distribution aux pauvres de terres publiques accaparées par les riches) et destitue son collègue Octavius qui s'y opposait. Une émeute est déclenchée par l'aristocratie au moment où Tiberius Gracchus tente de se faire élire une seconde fois au… Lire la suite
PROCÈS DE MAJESTÉ

Écrit par :  Xavier LAPRAY

Dans le chapitre "Les premières lois et les premiers procès de majesté à la fin de la République"  : …  lex de maiestate daterait de 100 avant J.-C. (J.-L. Ferrary). Son auteur, le tribun populaire C. Appuleius Saturninus, la fait voter pour opposer à l'autorité toute-puissante du Sénat la majesté du peuple romain. Il désigne par là moins la cité tout entière que l'organe politique représentant les intérêts du peuple – les… Lire la suite
ROME : CONFLIT ENTRE LE PATRICIAT ET LA PLÈBE - (repères chronologiques)

Écrit par :  Xavier LAPRAY

— 494 Première sécession de la plèbe : en se retranchant en armes sur la colline de l'Aventin, la plèbe obtient la création d'une magistrature chargée de la défense de ses intérêts, le tribunat de la plèbe… Lire la suite
ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

Écrit par :  Raymond BLOCH

Dans le chapitre "Revendications plébéiennes : les tribuns de la plèbe"  : …  s'inquiétèrent, au début de la République, de ce qui pouvait annoncer une véritable décomposition de l'État. Des magistrats spéciaux furent chargés de la défense de la plèbe, ce sont les tribuns de la plèbe, qui furent tout d'abord deux, et que désignaient les comices curiates. Dès 471, leur désignation passa aux comices tributes et leur… Lire la suite
VETO, institution romaine

Écrit par :  Joël SCHMIDT

Sous la République romaine, deux consuls occupent ensemble la première magistrature de l'État : le consulat. Il est possible à l'un des consuls de refuser une mesure prise par son collègue : le droit d'intercessio ou de veto a toujours force de loi et ne peut être supprimé. Mais ce droit est surtout une arme… Lire la suite

Afficher la liste complète (10 références)

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.