BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ELLISON RALPH (1914-1994)

Écrivain noir américain, Ralph Ellison n'a publié qu'un seul roman de son vivant, Invisible Man (Homme invisible, pour qui chantes-tu ?), en 1952. Ce livre fut immédiatement reconnu comme l'un des plus grands textes de fiction de l'après-guerre (l'auteur reçut le National Book Award en 1953). Il est également l'auteur de nombreuses études et nouvelles. Son œuvre puise aux sources du blues et du jazz, tout comme elle se nourrit des grands monologues inspirés de Dostoïevski et de Faulkner.

1.  Un affrontement poétique de la réalité

Ralph Ellison est né en 1914 dans l'Oklahoma, l'un des plus jeunes États de l'Union. À Oklahoma City, la ségrégation existait, certes, mais les relations sociales, culturelles et interraciales étaient plus fluides qu'ailleurs. Ainsi, dans l'imaginaire de Ralph Ellison, le sens de la contrainte restera associé à la possibilité de la transgression. Joueur de trombone, Ellison retrouve cette ambivalence dans le mélange de réserve et d'aventure qui vibre dans le jazz. Au plus profond du blues, il apprend à déceler la souffrance mais aussi une forme de transcendance. Le blues commence avec le désastre, affirme Ellison. Mais le blues, c'est aussi cet affrontement poétique de la réalité, qui tient de l'ascèse et de la volonté, et qui proclame enfin le triomphe de la foi et d'un « lyrisme proche du tragique, proche du comique », sur la désespérance. En 1933, Ralph Ellison entame des études de musique au Tuskegee Institute, dans l'Alabama, une école conservatrice fondée par Booker T. Washington, où l'on apprend que l'ascension économique et sociale des Noirs passe par l'acceptation de la discrimination. Mais, au gré de ses lectures, Ellison découvre qu'il y a des inflexions, des musiques et des images propres au folklore et au langage noirs dans les plus grands textes de la littérature américaine. Inversement, auprès de T. S. Eliot, Melville, Twain, ou Stephen Crane, mais aussi auprès de Joyce et de Dostoïevski, Ellison apprend à exprimer la richesse de son hé [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

 

Pour citer cet article

Nathalie COCHOY, « ELLISON RALPH - (1914-1994)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ralph-ellison/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« ELLISON RALPH (1914-1994) » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

Écrit par :  Marc CHÉNETIERRachel ERTELMichel FABREYves-Charles GRANDJEATJean-Pierre MARTINPierre-Yves PÉTILLONBernard POLIJacques ROUBAUD

Dans le chapitre "De la « renaissance » au « pouvoir noir »"  : …  Dans les années 1950, Ralph Ellison (1914-1994) et James Baldwin (1924-1987) – ce dernier dans Go Tell it on the Mountain (Les Élus du Seigneur, 1953) – se définiront, en réaction contre la protestation, comme les célébrants de l'humanité du Noir. Au théâtre, l'… Lire la suite

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.