BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CLÉMENT VII, JULES DE MÉDICIS (1478-1534) pape (1523-1534)

Né à Florence, Jules de Médicis dut à la faveur de son cousin germain, Léon X, d'être archevêque de Florence et cardinal dès 1513 ; huit autres sièges (ou revenus) épiscopaux lui furent attribués, non successivement mais simultanément, jusqu'à son élection pontificale.

La politique européenne fut la préoccupation première de Clément VII, l'Italie étant le principal enjeu dans la compétition qui opposait alors François Ier et Charles Quint. En jouant, après quelques hésitations, la carte du roi de France, le pape s'attire l'hostilité de l'empereur, qui soutient les mouvements de sédition au sein des États pontificaux. L'échec de la diplomatie de Clément VII est patent lorsque ceux-ci sont envahis par les troupes des Colonna, ses rivaux immédiats, et par les lansquenets impériaux. L'occupation et le pillage durent près de deux ans (1526-1527). Les manières diverses — stupéfaction, terreur, contrition, ironie, action de grâces — avec lesquelles est accueillie, selon les milieux, la nouvelle du « sac de Rome » sont déjà un reflet des divisions religieuses de l'ancienne chrétienté, où le prestige de la papauté est fortement atteint.

Après être resté enfermé plus de six mois au château Saint-Ange, Clément VII réussit à conclure un traité de paix avec l'empereur (nov. 1527) ; une coalition de presque toute l'Europe non allemande oblige, en effet, ce dernier à des concessions, mais la prédominance espagnole sur l'Italie ne s'en trouve pas moins consolidée. Le couronnement impérial de Charles Quint par le pape à Bologne en 1530 symbolise la réconciliation officielle ; cela n'empêchera pas Clément VII de cultiver ses relations avec la monarchie française, notamment en obtenant le mariage de sa parente Catherine avec le futur Henri II.

La fragilité des alliances politiques de Clément VII explique pour une part la timidité et les insuffisances de ses interventions dans le domaine proprement religieux. En Allemagne, ses options anti-impérialistes compromettent les tentatives de rapprochement avec les réformés qui marquent les Diètes de Nuremberg (1524), de Spire (1526), d'Augsbourg (1530). Surtout, le pape reste pratiquement sourd aux appels qui montent de différents côtés, et pas seulement de chez les réformés, pour la convocation d'un concile général ; il semble craindre plus que souhaiter une réforme générale de l'Église.

Plusieurs faiblesses et maladresses de Clément VII devant les menées du cardinal Wolsey, chancelier d'Angleterre, dans l'affaire du divorce du roi Henri VIII, contribuent à aggraver une situation qui se dénoue, en novembre 1551, lorsque le Parlement anglais consomme la rupture entre l'Église anglicane et l'Église romaine.

Durant le pontificat de Clément VII, les signes ne manquent pas, à Rome même et en plusieurs cités d'Italie, d'un profond renouveau religieux, amorce d'une véritable réforme catholique. On ne saurait porter ces manifestations à l'actif de Clément VII, dont les préoccupations se sont toujours situées ailleurs.

 […]
1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Pour citer cet article

André DUVAL, « CLÉMENT VII, JULES DE MÉDICIS (1478-1534) - pape (1523-1534)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-de-clement-vii/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« CLÉMENT VII, JULES DE MÉDICIS (1478-1534) pape (1523-1534) » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Histoire

Écrit par :  Bertrand LEMONNIERRoland MARX Universalis

Dans le chapitre "L'âge des réformes"  : …  donné de fils et ne peut plus en espérer ; il souhaite se remarier avec Anne Boleyn. Le refus de *Clément VII s'explique par sa peur de représailles de Charles Quint, neveu de Catherine, dont les troupes ont déjà pillé Rome en 1527 : le pape n'accepte pas le prétexte canoniquement acceptable du mariage de Henri VIII avec la veuve de son frère… Lire la suite
RUBÉNI DAVID (1483 env.-env. 1538)

Écrit par :  Gérard NAHON

… *Diplomate juif qui affirmait être l'ambassadeur d'un royaume juif de Khaibar en Arabie ( ?) auprès du pape Clément VII et qui visita les cours pontificale et portugaise, ainsi que plusieurs cités italiennes, afin de conclure une alliance entre la chrétienté et les Juifs contre les Turcs. David Rubéni se prétendait le fils du roi Salomon et le frère… Lire la suite
SCHISME D'OCCIDENT (GRAND)

Écrit par :  Marcel PACAUT

… *C'est en 1378 que surgit dans l'histoire de l'Église ce qu'on appelle le Grand Schisme d'Occident, qui dura près de quarante ans et qui fut consécutif à une double élection pontificale. En 1377, en effet, le pape Grégoire XI avait quitté Avignon, où la papauté était établie depuis les années 1310, et s'était réinstallé à Rome. À sa mort, survenue l… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média