BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

HYDROGÉOLOGIE

Comme son nom l’indique, l’hydrogéologie est la science de l’eau dans les roches. C’est donc à la fois une science de la Terre et une science de l’eau. C’est une science conceptuelle, fondamentale, mais aussi une science de l’ingénieur, qui se doit de répondre aux attentes sociétales, l’eau étant une ressource indispensable aux usages domestiques, urbains, industriels et agricoles.

L’hydrogéologue a deux domaines d’intérêt principaux : la quantité d’eau régulièrement renouvelée et la qualité de l’eau.

Parfois, sous des climats actuellement arides, la recharge des nappes est quasi nulle et l’eau n’est donc pas renouvelée. L’eau emmagasinée constitue une réserve que l’on exploite jusqu’à épuisement, comme un filon minéralisé dans une mine ; c’est de « l’eau fossile ». Ce domaine quantitatif mobilise des compétences en géologie, géophysique, photo-interprétation et télédétection, et cartographie spatiale pour l’évaluation volumétrique de la réserve. Pour la partie dynamique, l’hydraulique et l’hydrodynamique souterraine, la climatologie, l’hydrologie de surface et la modélisation sont utilisées.

Pour évaluer la qualité de l’eau, des compétences en géologie, hydrogéochimie, isotopie, pédologie et agronomie, modélisation thermodynamique, photo-interprétation et télédétection, cartographie spatiale, chimie environnementale, microbiologie et santé publique sont nécessaires.

1.  L’eau souterraine dans l’histoire

Alors que les premiers usages connus de l’eau souterraine datent de l’Antiquité, l’hydrogéologie existe seulement depuis le xixe siècle en tant que discipline. La pratique a donc précédé la théorie, et des systèmes rudimentaires ont permis et permettent encore d’exploiter les nappes phréatiques, c’est-à-dire pouvant être atteintes par des puits. En Afrique de l’Ouest, les céanes sont de simples trous creusés dans les alluvions du lit mineur des cours d’eau temporaires. Adaptées à un écoulement temporaire de type oued, elles subissent dégradations et comblement dès la saison de [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  8 pages…

 

Pour citer cet article

MUDRY, « HYDROGÉOLOGIE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrogeologie/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« HYDROGÉOLOGIE » est également traité dans :

CÉMENTATION ZONE DE

Écrit par :  Yannick LOZAC'H

Dans le schéma général de la circulation des eaux en terrain homogène, on peut distinguer trois zones superposées… Lire la suite
EAUX MINÉRALES & THERMOMINÉRALES

Écrit par :  Jean-Pierre GIBERT

D'un point de vue hydrogéologique, il est possible de distinguer deux types de gisement : le bassin hydrominéral, en tous points semblable aux nappes souterraines habituelles (Contrexéville), et l'aire d'émergences, dans laquelle l'eau monte, le long de fractures ouvertes, dans une zone récemment tectonisée (Chaudes-Aigues). La principale origine… Lire la suite
GÉOCHIMIQUE PROSPECTION

Écrit par :  Wladimir SAKOWITSCH

Dans le chapitre "Auréoles de dispersion secondaires et traînées de dispersion"  : …  plus ou moins altérés sur place, donnent dans les formations éluviales ou de pente actuelles des auréoles résiduelles. Par opposition à celles-ci, les auréoles surimposées, ou « anomalies de fuite », proviennent de la diffusion des éléments chimiques dans les formations superficielles allochtones d'une minéralisation primaire sous-jacente… Lire la suite
GÉOTECHNIQUE

Écrit par :  Pierre HABIB

Dans le chapitre "Reconnaissance d'un site"  : …  économiques destructifs avec enregistrement des paramètres de forage, puis des essais en forage (pressiomètre, pressiomètre autoforeur) ou même des essais in situ par fonçage ou battage depuis la surface (pénétromètre statique ou dynamique, scissomètre) permettent d'acquérir des informations sur la résistance ou sur la déformabilité des sols… Lire la suite
GÉOTHERMIE

Écrit par :  Jean GOGUELJacques VARET

Dans le chapitre "Types de champs géothermiques exploitables"  : …  sont perméables ; elles sont alors généralement gorgées d'eau dont la température dépend de la profondeur et du gradient géothermique. Ces nappes d'eau chaude ont été systématiquement répertoriées (fig. 6) par le Bureau de recherches géologiques et minières (B.R.G.M.) dans les années 1970. Les données rassemblées permettent de préciser le… Lire la suite
PÉDOLOGIE

Écrit par :  Georges AUBERTDenis BAIZEMireille DOSSOMarcel JAMAGNE

Dans le chapitre "Régimes hydriques"  : …  L'économie en eau de chaque sol est définie d'une part par la réserve qu'il est susceptible d'accumuler, d'autre part par les possibilités d'évacuation de l'eau, soit par évapotranspiration, soit par infiltration en profondeur, soit par écoulement latéral sous forme de transfert hypodermique ou de ruissellement en surface. Cette économie en eau est… Lire la suite
SPÉLÉOLOGIE

Écrit par :  Philippe RENAULTRaymond TERCAFSGeorges THINÈS

Dans le chapitre "Microformes"  : …  Les eaux courantes façonnent des marmites de géant et des surcreusements, étroits canyons entaillant le sol rocheux d'une galerie. Les parois sont parfois couvertes de vagues d'érosion, creux énigmatiques en forme de cuillères peu profondes, dont la pointe indique le sens des anciennes… Lire la suite
TELLURIQUE MILIEU

Écrit par :  Roger DAJOZ

Dans le chapitre "Terrains perméables en grand"  : …  Les terrains perméables en grand correspondent aux grottes et aux réseaux de fentes en pays karstique. Les hydrogéologues distinguent dans un karst trois zones superposées… Lire la suite

Afficher la liste complète (8 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.