BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

MUTHESIUS HERMANN (1861-1927)

En octobre 1907 se réunissaient à Munich douze artistes et les représentants de douze firmes industrielles allemandes. Ils décidaient de fonder une association qui projetait de coordonner tous les efforts vers une production d'objets de qualité. Ce fut le Werkbund : à sa tête, on remarqua bientôt un pangermaniste convaincu, l'architecte Hermann Muthesius. Plusieurs années attaché culturel à l'ambassade d'Allemagne à Londres, il en avait ramené deux ouvrages rédigés par lui sur l'architecture de la maison anglaise avec un talent de vulgarisateur passionné : durant sa vie, il a publié des centaines d'articles où il a pu apparaître, avant Le Corbusier, comme un missionnaire de l'esthétique quotidienne. Sa place était donc tout naturellement dans le Werkbund et dans le mouvement allemand des cités-jardins dont il sera le conseiller artistique.

Constructeur de luxueuses résidences mafflues, Muthesius se départira rarement d'un goût prononcé pour les formes consacrées de l'architecture germanique, en particulier le toit pentu que les nazis rendront plus tard obligatoire. Ce n'est pas dans ce domaine qu'il faut chercher l'originalité de ce maître. Elle tient à ce qu'il a porté l'accent sur la question clé posée aux créateurs modernes travaillant en liaison avec l'industrie, celle de la standardisation.

Elle s'imposa en juillet 1914 au congrès du Werkbund : tous les débats ultérieurs de l'esthétique industrielle y furent lancés publiquement pour la première fois. Muthesius affirma que la standardisation représentait une concentration de forces vives. On y parviendrait par des regroupements d'artistes mettant leur créativité en commun. Henry Van de Velde, au nom des innovateurs solitaires, répondit à Muthesius qu'il incombait à ceux-ci de dicter leur loi aux industriels. Malgré leur antagonisme, les deux hommes méditaient cependant un projet commun : établir les fondements d'un style nouveau pouvant témoigner de leur époque. Partisan de la guerre à outrance, Muthesius écrivit, en 1914-1918, des ouvrages et des brochures qu'il est préférable d'oublier. Il mourut accidentellement tandis qu'il visitait un chantier.

Roger-Henri GUERRAND

Pour citer cet article

Roger-Henri GUERRAND, « MUTHESIUS HERMANN - (1861-1927)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermann-muthesius/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« MUTHESIUS HERMANN (1861-1927) » est également traité dans :

BAUHAUS

Écrit par :  Serge LEMOINE

Dans le chapitre "Une réorganisation de l'enseignement des beaux-arts"  : …  L'« aventure » du Bauhaus ne se conçoit guère que dans le climat artistique très particulier de l'Allemagne du début de ce siècle. Hermann Muthesius, continuant John Ruskin et William Morris, avait déjà fondé, le 6 octobre 1907, le Deutscher Werkbund, pour tenter d'établir une coopération entre les artistes et les artisans d'une part, l'… Lire la suite
RATIONALISTE ARCHITECTURE

Écrit par :  Jean-Louis AVRIL

Dans le chapitre "Principes rationalistes du « mouvement moderne »"  : …  : fruit d'un long et tumultueux débat européen sur les rapports entre l'art et l'industrie, cette conviction exprimée en 1914 par Hermann Muthesius (1861-1927), au sein du Deutscher Werkbund, deviendra après la guerre le credo de toute l'avant-garde. Walter Gropius l'imposera au Bauhaus : « La standardisation n'est pas un obstacle au… Lire la suite
WERKBUND DEUTSCHER

Écrit par :  Robert L. DELEVOY

En 1902, alors même qu'il est attaché à l'ambassade d'Allemagne à Londres et qu'il arrive au terme d'une scrupuleuse enquête sur l'utopisme pratique et théorique de William Morris, l'architecte allemand Hermann Muthesius entreprit d'ébranler les mouvements fin de siècle qui défendaient la vieille tradition des métiers d'art… Lire la suite

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.