BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DÎME, Moyen Âge

Redevance, en nature ou en argent, portant principalement sur les revenus agricoles, la dîme, au Moyen Âge, est destinée à permettre l'exercice du culte par l'entretien du clergé et des lieux de culte, et à fournir assistance aux pauvres.

On lui trouverait de nombreux antécédents dans l'Antiquité, juive en particulier. La tradition chrétienne la relie aux dons volontaires des membres des premières communautés. Des textes du iiie siècle (Cyprien, Origène) montrent que l'usage de verser un dixième de ses biens à l'Église est courant ; et Ambroise de Milan au ive siècle en fait une obligation de conscience. Le pape Damase, au IVe concile de Rome, en ordonne le paiement sous peine d'anathème, et Augustin d'Hippone se montre très strict dans ce sens (début du ve s.). Les conciles de la Gaule mérovingienne exhortent les fidèles à payer la dîme pour apaiser la colère de Dieu qui se manifeste par les guerres et les troubles variés de l'époque (IIe synode de Tours, 567), puis menacent d'excommunication ceux qui refusent de verser cette redevance (concile de Mâcon, 585). Cette obligation souvent répétée, donc sans doute assez mal respectée, devient effective quand le pouvoir civil — en l'occurrence le roi et l'empereur carolingien — la reprend dans la législation d'État par le capitulaire d'Herstal (779), répété par plusieurs autres documents analogues de Charlemagne (780, 789, 801), confirmés par Louis le Pieux, puis par Charles le Chauve (877). Le fait que les Carolingiens aient rendu la dîme obligatoire est à mettre en rapport avec les concessions par le roi de terres ecclésiastiques à des laïcs, les dîmes venant compenser en partie les injustices commises par Charles Martel et ses successeurs à l'égard des Églises.

La dîme est prélevée en principe sur tous les produits, car Dieu a sa part de tout. Les canonistes des xie et xiie siècles estiment qu'elle doit porter sur tout negotium (Yves de Chartres, Gratien). Mais elle est de fait limitée aux produits de l'agriculture, à l […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Pour citer cet article

Michel SOT, « DÎME, Moyen Âge  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dime-moyen-age/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média