BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CAMP D'EXTERMINATION

Les camps d'extermination construits par les nazis (Vernichtungslager) étaient des camps de concentration destinés spécifiquement à l'anéantissement de masse (Vernichtung) des individus considérés comme indésirables dans l'espace du IIIe Reich et des territoires conquis par les Allemands. Les victimes de ces camps furent pour la plus grande part des Juifs, mais aussi des Roms, des Slaves, des personnes réputées souffrir de handicaps mentaux, et d'autres encore. Les camps d'extermination furent au cœur de la Shoah.

Les camps les plus importants étaient situés dans la partie de la Pologne occupée par les Allemands ; en faisaient partie Auschwitz, Belzec, Chelmno, Majdanek, Sobibor et Treblinka. Auschwitz, le plus connu, détenait jusqu'à 100 000 prisonniers. Ses chambres à gaz asphyxiant pouvaient contenir 2 000 personnes à la fois, et 12 000 victimes pouvaient être gazées et incinérées chaque jour. Les prisonniers qui étaient jugés valides étaient d'abord utilisés au sein des bataillons de travaux forcés ou pour les activités liées à l'exécution du génocide, jusqu'à ce qu'ils se soient, pour ainsi dire, tués à la tâche ; ils étaient alors exterminés.

La création de ces camps de la mort marque un changement de la politique nazie. Ce tournant s'opéra en juin 1941, lorsque les Allemands envahirent l'Union soviétique ; des Juifs habitant dans les territoires tout juste conquis furent alors rassemblés, conduits sur des lieux d'exécution voisins, comme à Babi Yar en Ukraine, et mis à mort. Au début, des unités mobiles chargées de procéder aux exécutions furent utilisées. Mais cette façon de procéder alarmait les populations locales et était compliquée à mettre en œuvre pour les unités. L'idée qui fut à l'origine des camps d'extermination fut d'inverser la démarche : désormais, les victimes seraient mobiles – transportées en train jusqu'aux camps – et les centres de mise à mort seraient fixes ; un grand nombre de victimes pourraient y être exécutées par un personnel bien moins nombreux. Par exemple, le personnel de […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

Pour citer cet article

Michael BERENBAUM, « CAMP D'EXTERMINATION  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camp-d-extermination/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« CAMP D'EXTERMINATION » est également traité dans :

ANTISÉMITISME

Écrit par :  Esther BENBASSA

Dans le chapitre "L'ère nazie : 1933-1945"  : …  à l'Est, d'exterminer sur place) sont à l'origine de la mort de 1,25 million de personnes. *Environ 3,5 millions ont été anéantis dans les camps d'extermination. Les marches forcées de la fin de la guerre, dites « marches de la mort », effectuées lors de l'évacuation des camps, ont provoqué 250 000 décès. Le reste a péri de malnutrition, de… Lire la suite
AUSCHWITZ

Écrit par :  Michael BERENBAUM

… Auschwitz, également appelé Auschwitz-Birkenau, fut* le plus grand des camps de concentration et d'extermination construits par l'Allemagne nazie. Situé près de la ville industrielle d'Oswiecim, dans le sud de la Pologne, Auschwitz était à la fois un camp de concentration, un camp d'extermination et un camp de travail forcé. Parce qu'il fut le camp… Lire la suite
BELZEC

Écrit par :  Michael BERENBAUM Universalis

… Le complexe de Belzec comprenait à la fois des camps de concentration et* d'extermination. Il était installé autour du village du même nom, sur la ligne de chemin de fer Lublin-Lviv, dans la province de Lublin, alors en Pologne occupée par l'Allemagne. Dans le camp d'extermination, l'un des plus sinistres, les nazis massacrèrent au moins 600 000 … Lire la suite
CHEŁMNO

Écrit par :  Michael BERENBAUM Universalis

… Chełmno* (en polonais), ou Kulmhof en (allemand), fut un camp d'extermination nazi situé sur la rivière Ner, tributaire de la Warta, dans l'ouest de la Pologne. Il fut utilisé de décembre 1941 à janvier 1945 pour exterminer des juifs en grande majorité polonais et, dans une moindre mesure, des prisonniers de guerre russes et des Tziganes. De 170 000… Lire la suite
CONCENTRATION CAMPS DE

Écrit par :  André BRISSAUD

… *Camps dans lesquels sont rassemblés, sous la surveillance de l'armée ou de la police, soit des populations civiles de nationalité ennemie, soit des prisonniers de guerre ou des détenus politiques. Dans le monde moderne, les premiers camps paraissent avoir été ceux qui furent créés par les Espagnols au cours de la révolte de Cuba. Pendant la guerre… Lire la suite
CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

Écrit par :  Mario BETTATI

Dans le chapitre "La qualité des victimes"  : …  tendance, la place centrale dans l'élément psychologique ou moral du crime contre l'humanité. *Une partie importante de la doctrine de l'immédiat après-guerre, sans doute encore influencée par l'indignation provoquée par les crimes des nazis, considérait que l'incrimination de crime contre l'humanité n'a pas pour objet de protéger l'individu… Lire la suite
GHETTO

Écrit par :  Gérard NAHON

Dans le chapitre "Le ghetto de l'ère nazie"  : …  qu'une étape dans un plan plus vaste : on déporte périodiquement nombre de ses habitants vers les *camps d'extermination où leur destination ultime est le four crématoire, « solution finale » du problème juif. Du ghetto de Varsovie, 300 000 juifs sont exterminés entre juillet et septembre 1942 à Treblinka. Du 19 avril au 16 mai 1943, une… Lire la suite
GUERRE MONDIALE (SECONDE)

Écrit par :  Henri MICHEL

Dans le chapitre "Le sort des Juifs"  : …  Vélodrome d'hiver à Paris – avec la complicité plus ou moins active des autorités des pays occupés. *D'abord internés dans des camps ouverts à leur intention, comme Pithiviers en France ou dans des ghettos devenus des prisons coupées de tout contact avec l'extérieur, comme en Pologne ou en Lituanie, les Juifs sont astreints au travail forcé et… Lire la suite
HILBERG RAUL (1926-2007)

Écrit par :  Annette WIEVIORKA

Dans le chapitre "L'homme d'un livre"  : …  massacres itinérants par fusillades commis avec l'invasion de l'Union soviétique en juin 1941, et *les « centres de mise à mort » comme Belzec ou Birkenau, distingués des camps de concentration (Buchenwald, Mauthausen...). Ainsi, le cadre général de ce « Béhémoth de l'anéantissement des communautés juives », « rigoureux et exhaustif », permettant… Lire la suite
HITLER ADOLF (1889-1945)

Écrit par :  Philippe BURRIN

Dans le chapitre "L'empire raciste"  : …  bientôt un frein, comme le montra la suspension des transferts de populations entamés en Pologne. *Il n'en alla pas de même pour les Juifs, dont la disparition par voie d'émigration forcée était bloquée par le conflit et que Hitler entreprit de faire disparaître par l'extermination, une politique contre laquelle aucun argument de nécessité… Lire la suite
JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

Écrit par :  Gérard NAHON

Dans le chapitre "La « solution finale »"  : …  le port de papiers et d'insignes distinctifs (l'étoile jaune) ; l'arrestation, la déportation, *l'extermination suivent, planifiées. L'Allemagne adopte et réalise le principe d'une « solution finale de la question juive » par la liquidation physique. Le programme est appliqué en fonction des transports et de la capacité de traitement des camps… Lire la suite
MUSIC ZORAN (1909-2005)

Écrit par :  UniversalisPierre WAT

Dans le chapitre "L'énigme de la « présence » humaine"  : …  Car, d'évidence, s'il est un lieu qui à jamais change la vie et l'œuvre de cet homme, c'est* Dachau, où il est déporté en 1944, pour avoir fréquenté des groupes antinazis. Il y reste jusqu'à la libération des camps, en avril 1945. Là, les dernières semaines notamment, alors que la surveillance s'est un peu relâchée, il parvient à se… Lire la suite
NUIT ET BROUILLARD (A. Resnais)

Écrit par :  Joël MAGNY

  *Nuit et brouillard, court-métrage d'Alain Resnais, est le premier film français à aborder de front les camps d'extermination et la « solution finale » de la question « juive », mise en œuvre par le régime nazi et symbolisée par Auschwitz. Il le fait en écartant d'emblée le recours exclusif aux images d'archives… Lire la suite
PIE XII, EUGENIO PACELLI (1876-1958) pape (1939-1958)

Écrit par :  Jacques NOBÉCOURT

Dans le chapitre "Eugenio Pacelli et le souci romain d'une présence politique"  : …  de son action dans cette période a recouvert l'ensemble de son existence. Ses « silences » devant l'*extermination des juifs, qui lui furent reprochés dès cette époque, ont alimenté en 1963 une très vive campagne provoquée par la pièce Le Vicaire, du dramaturge allemand Rolf Hochhuth. L'hostilité passionnée dirigée contre Pie XII à cette… Lire la suite
POLLAK MICHAEL (1948-1992)

Écrit par :  Bernard-Pierre LÉCUYER

…  vision de la science (droit et anthropologie) aboutit à la déportation et à l'extermination.* Il a minutieusement étudié, par entretiens prolongés, l'expérience vécue de femmes déportées à Auschwitz et Birkenau : il en a résulté L'Expérience concentrationnaire : essai sur le maintien de l'identité sociale (Métailié, Paris, 1990).… Lire la suite
RAFLE DU VEL' D'HIV'

Écrit par :  Denis PESCHANSKI

… , avant d'être transférées dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande (Loiret). *Tous seront déportés à Auschwitz-Birkenau d'où, pour la plupart, ils ne reviendront pas (sur les 75 000 Juifs au total déportés de France, moins de 2 500 sont revenus). Cette vaste opération (dont le nom de code était Vent printanier) voulue par les… Lire la suite
ROM

Écrit par :  Marcel COURTHIADE

Dans le chapitre "De la persécution au génocide"  : …  supplétifs, surtout ukrainiens, polonais, baltes, tchèques, croates et serbes, mais aussi roumains. *Les camps de la mort se multiplient dans le Reich et essaiment dans les pays fascistes : Jasenovac, en Croatie, est l'un des plus connus ; 28 000 Rom y ont disparu. En Pologne occupée, le camp d'extermination d'Auschwitz et son annexe voisine, le… Lire la suite
SHOAH

Écrit par :  Philippe BURRIN

Dans le chapitre "L'entreprise d'extermination"  : …  avant tout effectué dans des camps créés pour pratiquer l'extermination sur une grande échelle. Ces *camps d'extermination furent au nombre de six, tous situés sur le territoire de l'ancienne Pologne ; deux d'entre eux (Chelmno et Auschwitz) étaient localisés en Pologne annexée et se trouvaient donc formellement en territoire du Reich. Parmi ces six… Lire la suite
SHOAH, film de Claude Lanzmann

Écrit par :  Kristian FEIGELSON

Dans le chapitre "La « solution finale »"  : …  en deux parties menée essentiellement sur les lieux du génocide du peuple juif par les nazis. *La première partie montre le processus d'acheminement, les convois et l'arrivée aux camps. La seconde est consacrée au processus d'extermination. Dix années de recherches et d'enquêtes, près de 350 heures de tournage ont été nécessaires pour réaliser… Lire la suite
SHOAH LITTÉRATURE DE LA

Écrit par :  Rachel ERTEL

Dans le chapitre " L'anéantissement comme fondement de l'écriture"  : …  *Le but du ghetto et du camp d'extermination était la destruction totale de l'homme comme être biologique, psychologique et social. Soit la dissolution du lien social entre individu et collectif (entre bourreau et victime, bien sûr, mais aussi entre les victimes elles-mêmes), la dépersonnalisation de l'individu par sa dégradation, l'abolition de son… Lire la suite
TATOUAGE

Écrit par :  Catherine GROGNARDDominique PAQUET

Dans le chapitre "Marque d'infamie"  : …  versé pour cet attachement, cet amour, et témoigne de sa force au-delà du bien et du mal. L'exemple *extrême de la déshumanisation infligée par tatouage est celui du numéro d'arrivée dans les camps de concentration et d'extermination nazis. Appliqué sur le poignet des déportés, il attestait la séparation d'avec les vivants, un marquage administratif… Lire la suite
TREBLINKA

Écrit par :  Michael BERENBAUM Universalis

… Le* complexe nazi de Treblinka, situé près du village homonyme, se trouvait à 80 kilomètres au nord-est de Varsovie sur la ligne Varsovie-Bia|lystok. Il comprenait en réalité deux camps distincts. Les nazis ouvrirent d'abord un petit camp, nommé Treblinka, à 4 kilomètres de la gare du même nom en décembre 1941. La seconde infrastructure, plus grande… Lire la suite
TROISIÈME REICH (1933-1945)

Écrit par :  Gilbert BADIA

Dans le chapitre "Le système concentrationnaire et l'antisémitisme"  : …  de fournir une main-d'œuvre à bon marché à un certain nombre d'entreprises industrielles, et des* camps d'extermination. Les camps de concentration se muent, à partir de 1942 surtout, en énormes métropoles de la mort. Placés sous l'autorité d'officiers S.S. qui logent dans des villas situées hors du camp, ils sont construits sur un modèle… Lire la suite
VAILLANT-COUTURIER MARIE-CLAUDE (1912-1996)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

…  cependant que, avec son extension de Birkenau conçue pour le génocide, Auschwitz pouvait alors *exterminer douze mille personnes par jour. C'est en leur mémoire que Marie-Claude Vaillant-Couturier parla à son retour. Secrétaire de la Fédération démocratique internationale des femmes de 1945 à 1954, elle témoigna au procès des criminels de… Lire la suite
VARSOVIE

Écrit par :  Norman DAVIESAndrew H. DAWSONJanusz DURKOMarie-Claude MAUREL

Dans le chapitre "La ville martyre"  : …  de vie insalubres dues à la surpopulation, avant même que commencent les déportations vers les *camps de la mort, notamment Treblinka, à la fin de 1941. Quelque 312 000 juifs sont envoyés dans les chambres à gaz pour la seule année de 1942. L'insurrection du ghetto de Varsovie, en avril 1943, au cours de laquelle plus de 60 000 juifs trouvent… Lire la suite
VICHY RÉGIME DE

Écrit par :  Jean-Pierre AZÉMA

Dans le chapitre "Nationalisme fermé et antisémitisme d'État"  : …  occidentale, Laval fait de la livraison des Juifs étrangers un objet comme un autre – ou presque – du marchandage politique. *Vichy, en tout cas, par ses complicités avérées, est comptable des 80 000 Juifs – parmi lesquels 24 500 citoyens français – déportés de France, pour la plupart à Auschwitz-Birkenau, et dont moins de 2 500 devaient revenir… Lire la suite
WANNSEE CONFÉRENCE DE (20 janv. 1942)

Écrit par :  Olivier COMPAGNON

  *Réunissant une quinzaine de dignitaires ou de hauts fonctionnaires du régime nazi sous la présidence de Reinhard Heydrich et en présence d'Adolf Eichmann, la conférence de Wannsee (du nom d'un faubourg de Berlin) se tient le 20 janvier 1942, dans le but de résoudre les problèmes logistiques posés par la « solution finale… Lire la suite
WIESEL ÉLIE (1928- )

Écrit par :  François POIRIE

… *Né en 1928 à Sighet, en Transylvanie (Roumanie), Élie Wiesel est déporté dans les camps de Birkenau, Auschwitz, Monovitz, Buchenwald pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa mère, sa sœur, son père, ses amis compteront parmi les six millions de Juifs assassinés par les nazis. À la fin de la guerre, Élie Wiesel fait partie des quatre cents adolescents… Lire la suite

Afficher la liste complète (28 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média