Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

9 septembre-29 octobre 2020

États-Unis - France. Report du rachat de Tiffany par LVMH

Le 9, alors que le secteur traverse une grave crise liée à la pandémie de Covid-19, le groupe de luxe LVMH déclare renoncer au rachat du joaillier américain Tiffany & Co. En novembre 2019, les deux sociétés avaient convenu d’un prix d’achat de 16,2 milliards de dollars (14,7 milliards d’euros) – ce qui aurait représenté la plus grosse acquisition du groupe français –, mais les résultats de Tiffany ont significativement chuté depuis le printemps. LVMH déclare s’être plié à la « demande » de reporter son acquisition à janvier 2021 que le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lui a adressée fin août. Celle-ci était justifiée par la décision américaine d’imposer des droits de douane sur certains produits français à compter de cette même date, en riposte à l’adoption par le Parlement français, en juillet 2019, d’une taxe sur les « GAFA » (Google, Apple, Facebook, Amazon). La demande du ministère des Affaires étrangères relève des restrictions juridiques susceptibles de mettre fin à l’accord passé par les deux groupes. Ce type d’intervention politique dans une affaire privée est exceptionnelle.

Le 29 octobre, LVMH et Tiffany & Co parviennent à un accord sur la modification des termes du contrat passé en novembre 2019. Ils conviennent d’une baisse du prix de rachat, à 15,7 milliards de dollars (13,3 milliards d’euros).

— Universalis

Événements précédents