Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

6-26 avril 2005

Côte d'Ivoire. Signature d'un accord de paix

Le 6, à Pretoria (Afrique du Sud), les protagonistes de la crise ivoirienne – le président Laurent Gbagbo, le chef de la rébellion Guillaume Soro, le chef de l'opposition Alassane Ouattara, l'ancien président Henri Konan Bédié et le Premier ministre de transition Seydou Diarra – signent un « communiqué de fin de guerre », sous l'égide du président sud-africain Thabo Mbeki, qui fait office de médiateur. Depuis septembre 2002, le nord du pays est occupé par la rébellion des Forces nouvelles, à la suite de l'échec d'une tentative de coup d'État contre le président Gbagbo. L'accord prévoit la fin immédiate et définitive des hostilités ainsi que la reprise du processus de désarmement et de cantonnement des Forces nouvelles et des milices gouvernementales. Un « plan de sécurité » doit permettre le retour dans le pays de tous les acteurs de la crise vivant en exil.

Le 13, après consultation de l'Union africaine et de l'O.N.U., Thabo Mbeki informe les signataires de l'accord de sa décision concernant la candidature d'Alassane Ouattara à l'élection présidentielle prévue en octobre et le problème de la nécessaire révision de la Constitution qu'elle pose: il demande au Conseil constitutionnel d'« accepter l'éligibilité des candidats qui seront présentés par les partis politiques signataires de l'accord de Linas-Marcoussis » de janvier 2003; à cet effet, il demande au président Gbagbo de « donner force de loi à [cette] décision », afin de contourner l'obstacle d'une révision constitutionnelle.

Le 26, le président Gbagbo, dans une allocution télévisée, déclare accepter la candidature d'Alassane Ouattara à l'élection présidentielle.

— Universalis

Événements précédents

  • 6-17 décembre 2004 Côte d'Ivoire. Plan de relance du processus de paix

    Le 6, le président sud-africain Thabo Mbeki, médiateur mandaté par l'Union africaine au début de novembre, annonce la conclusion d'un accord de sortie de crise visant à permettre l'application des accords de Marcoussis, signés en janvier 2003. L'accord prévoit l'engagement de réformes politiques, le...

  • 4-30 novembre 2004 Côte d'Ivoire. Violences antifrançaises et évacuation des ressortissants étrangers

    Le 4, l'aviation ivoirienne effectue des raids contre les villes rebelles de Bouaké et de Korhogo, dans le nord du pays, rompant le cessez-le-feu mis en place au début de 2003. La France exprime son « extrême préoccupation ». Les quatre mille cinq cents soldats français de l'opération Licorne veillent...

  • 9 août 2004 Côte d'Ivoire. Reconstitution du gouvernement de réconciliation nationale

    Le gouvernement de réconciliation nationale se réunit au complet après la réintégration, par le président Laurent Gbagbo, des trois ministres de l'opposition qu'il avait limogés en mai, parmi lesquels Guillaume Soro, chef de la rébellion. Cette reconstitution du gouvernement était prévue par les accords...

  • 3-18 mai 2004 Côte d'Ivoire. Condamnation par l'O.N.U. du régime de Laurent Gbagbo

    Le 3, Radio France Internationale révèle les conclusions du rapport de la commission d'enquête du Haut-Commissariat des Nations unies pour les droits de l'homme envoyée en Côte d'Ivoire à la suite de la répression meurtrière d'une manifestation en faveur des accords de Marcoussis, le 25 mars. Les enquêteurs...

  • 25-31 mars 2004 Côte d'Ivoire. Violences meurtrières

    Le 25, la manifestation de l'opposition en faveur des accords de paix de Marcoussis (Essonne) signés en janvier 2003, qui était interdite, est violemment réprimée par le pouvoir, qui dénonce une « tentative d'insurrection ». Les affrontements font une centaine de morts. Tous les partis d'opposition annoncent...

  • 27 février 2004 Côte d'Ivoire. Lancement d'une opération de l'O.N.U

    Le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte la résolution 1528 qui autorise le lancement, en avril, de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (O.N.U.C.I.). Celle-ci prévoit le déploiement de près de six mille six cents militaires et policiers pour une durée de douze mois. Sa mission est d'encadrer...

  • 6-22 janvier 2004 Côte d'Ivoire. Condamnation du meurtrier de Jean Hélène

    Le 6, les ministres représentant les mouvements rebelles font leur retour au sein du « gouvernement de réconciliation nationale » qu'ils boycottaient depuis septembre 2003.

    Le 22, un tribunal militaire condamne le sergent Théodore Séry Dago à dix-sept ans de prison pour le meurtre du correspondant...

  • 21-23 octobre 2003 Côte d'Ivoire. Meurtre d'un journaliste de R.F.I

    Le 21, un journaliste français de Radio France Internationale (R.F.I.), Jean Hélène, est tué d'une balle dans la tête par un policier devant les locaux de la direction générale de la police d'Abidjan où il attendait la libération de plusieurs opposants pour les interviewer. Le policier est aussitôt arrêté....

  • 13-23 septembre 2003 Côte d'Ivoire. Regain de tension et blocage du processus de paix

    Le 13, le choix par le président Laurent Gbagbo des titulaires des portefeuilles de la Défense et de la Sécurité, laissés vacants, faute de consensus, depuis les accords signés à Marcoussis (Essonne) en janvier, est contesté par l'opposition et la rébellion. Guillaume Soro, chef des Forces nouvelles...

  • 25 août 2003 Côte d'Ivoire. Coup de force déjoué

    Le 25, les autorités françaises annoncent l'interpellation, à Paris, d'une dizaine de personnes qui préparaient un coup de force contre le régime ivoirien, sous la direction du sergent-chef Ibrahim Coulibaly. Ce dernier est le chef du Mouvement patriotique de Côte d'Ivoire, qui avait fomenté la tentative...