4-26 mai 1981

Espagne. Terrorisme et agitation

Le 4, le général Andrés González Suso et un policier sont tués à Madrid, tandis que, le même jour, deux gardes civils sont assassinés à Barcelone. Le ministère de l'Intérieur attribue ces deux attentats aux groupes révolutionnaires antifascistes du 1er Octobre (G.R.A.P.O.).

Le 7, le général Joaquín de Valenzuela, chef de la maison du roi d'Espagne, est grièvement blessé par un engin explosif lancé sur sa voiture en plein centre de Madrid. Trois militaires de son escorte sont tués. L'E.T.A. militaire revendique cet attentat qui, à travers le chef de sa maison militaire, vise en fait le roi lui-même.

Le 8, Leopoldo Calvo Sotelo, chef du gouvernement, annonce, dans un message à la nation où il affirme sa « sérénité » et sa « fermeté », la création d'un tribunal spécial contre le terrorisme.

Le 14, deux gardes civils sont tués et un autre gravement blessé dans un attentat à l'explosif près de Lemona (Biscaye).

Le 23, des terroristes prennent en otages deux cents personnes environ au siège principal d'une banque au centre de Barcelone. Les membres du commando, qui se réclament de l'extrême droite, demandent la libération du lieutenant-colonel Antonio Tejero, auteur du putsch manqué du 23 février, ainsi que la mise à leur disposition d'un avion pour aller en Argentine.

Le 24, après une dramatique attente de trente-sept heures, les groupes spéciaux de la police espagnole (G.E.O.) investissent le siège de la banque et libèrent les otages. Le gouvernement essaie d'abord de minimiser l'action des terroristes en l'attribuant à des « délinquants » et à des « anarchistes », malgré les témoignages des otages qui contredisent cette version.

Finalement, le 26, devant les Cortes, le chef du gouvernement confirme que cette action a bien été entreprise par l'extrême droite et qu'elle a peut-être été financée par d'anciens dignitaires franquistes.

— Universalis

Événements précédents

  • 19-23 mars 1981 Espagne. Plan antiterroriste au Pays basque

    Les 19 et 21, deux officiers supérieurs sont victimes d'attentats, l'un à Bilbao, l'autre à Pampelune. Ces meurtres, qui portent à douze en trois ans le nombre d'officiers tués par la branche de l'E.T.A. militaire, provoquent la colère des militaires qui manifestent au cri de « l'armée au pouvoir » au...

  • 3-28 février 1981 Espagne. Tentative de coup d'État militaire et nouveau gouvernement

    Du 3 au 5, le roi Juan Carlos effectue son premier voyage officiel dans les trois provinces autonomes du Pays basque, alors que se prolonge la crise politique ouverte, le 29 janvier, par la démission du Premier ministre Adolfo Suárez, chef du gouvernement constitué par l'Union du centre démocratique...

  • 29 janvier 1981 Espagne. Démission du gouvernement Suárez

    Le 29, Adolfo Suárez annonce la démission du gouvernement qu'il dirige depuis le 8 juillet 1976.

    Le 30, le roi Juan Carlos commence ses consultations, tandis que l'Union du centre démocratique (U.C.D.), parti d'Adolfo Suárez, décide de désigner Leopoldo Calvo Sotelo comme candidat à la direction...