29 juillet 1992Côte d'Ivoire. Amnistie d'opposants politiques et de militaires

 

À la suite de l'annonce de l'amnistie des prisonniers politiques, faite le 24 par le président Félix Houphouët-Boigny, l'Assemblée nationale adopte un projet de loi amnistiant soixante-quinze opposants, dont Laurent Gbagbo, secrétaire général du Front populaire ivoirien et chef de l'opposition, et René Dégny-Séguy, président de la Ligue ivoirienne des droits de l'homme. La plupart d'entre eux avaient été condamnés à des peines de prison ferme comme « co-auteurs » des dégâts matériels commis lors d'une manifestation antigouvernementale, le 18 février. La loi prévoit également l'amnistie des auteurs d'infractions « liées au maintien de l'ordre public ». Cette mesure doit bénéficier aux militaires responsables des violences perpétrées en mai 1991 à la cité universitaire de Yopougon, dont les manifestants du 18 février dénonçaient déjà l'impunité.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  29 juillet 1992 - Côte d'Ivoire. Amnistie d'opposants politiques et de militaires », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/29-juillet-1992-amnistie-d-opposants-politiques-et-de-militaires/