21-27 septembre 2000France. Publication du témoignage posthume d'un financier occulte du R.P.R.

 

Le 21, le journal Le Monde publie la transcription d'un enregistrement vidéo réalisé en 1996, trois ans avant sa mort, par Jean-Claude Méry. Celui-ci était considéré comme l'un des principaux collecteurs de fonds occultes du R.P.R. La cassette était détenue par le journaliste et producteur de télévision qui l'avait enregistrée, Arnaud Hamelin. Promoteur immobilier membre du R.P.R., mis en examen en septembre 1994 dans le dossier des H.L.M. de la Ville de Paris, Jean-Claude Méry rend compte, « pour le cas où il [lui] arriverait quelque chose », de la façon dont il collectait de 35 à 40 millions de francs de fonds par an, au profit, parfois, de plusieurs partis. Il relate notamment la remise d'une somme de 5 millions de francs au R.P.R., en octobre 1986, en présence de Jacques Chirac, alors président du mouvement et Premier ministre. Interrogé le soir même, lors d'un entretien télévisé, le président Chirac se dit, quant à lui, « indigné par le procédé » et déclare que le contenu de cette « histoire abracadabrantesque » est « sans fondement, mensonge, calomnie et, pour tout dire, manipulation ».

Le 22, la cassette est saisie par les juges d'instruction chargés des dossiers concernant les marchés publics de Paris et de la région Île-de-France.

Le 22 également, interrogé par les enquêteurs, l'un des avocats ayant servi d'intermédiaire entre Jean-Claude Méry et Arnaud Hamelin, Me Alain Belot, indique avoir remis, en avril 1999, l'original de la bande vidéo à Dominique Strauss-Kahn, alors ministre de l'Économie, « à l'occasion » d'un rendez-vous relatif au dossier fiscal d'un client de l'avocat, le couturier Karl Lagerfeld. Dominique Strauss-Kahn précisera qu'il n'a « jamais visionné la cassette » et qu'il ignore même où elle se trouve.

Le 25, le président Chirac informe le Premier ministre, Lionel Jospin, qu'il va exiger l'ouverture d'une enquête au sein de l'administration fiscale afin de déterminer l'« éventuelle implication » de Dominique Strauss-Kahn. Concernant ce volet de l'affaire, l'Élysée évoque la possibilité d'une « manipulation » de la part de l'ancien ministre de l'Économie.

Le 26, le procureur de la République à Paris ouvre une information judiciaire contre Dominique Strauss-Kahn pour soustraction d'un document en relation avec une infraction.

Le 27, Patrick Devedjian, porte-parole du R.P.R., évoque l'idée d'une amnistie, « sous certaines conditions », des faits relatifs aux financements illégaux des partis politiques, avant de se rétracter. De son côté, Philippe Séguin appelle de ses vœux « un acte d'explication et de repentance générale ». Mais la direction du R.P.R., comme celles du P.S., du P.C., de l'U.D.F. et de D.L., rejettent toute idée d'amnistie.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  21-27 septembre 2000 - France. Publication du témoignage posthume d'un financier occulte du R.P.R. », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/21-27-septembre-2000-publication-du-temoignage-posthume-d-un-financier-occulte-du-r-p-r/