MOREAU YOLANDE (1953-    )

C'est en 2008 que Yolande Moreau a triomphé sur les écrans. À la télévision (prix d'interprétation féminine au festival de La Rochelle pour Villa Marguerite de Denis Malleval) comme au cinéma, dans Louise-Michel (Benoît Delpine et Gustave Kervern) et Séraphine (Martin Provost), qui lui vaut le césar de la meilleure actrice, moins de cinq ans après avoir obtenu une première fois cette distinction avec Quand la mer monte... (2004). Sa carrière s'était amorcée près d'un quart de siècle avant qu'elle n'atteigne le haut de l'affiche.

Yolande Moreau est née à Bruxelles en 1953. C'est là qu'elle joue dans des spectacles pour enfants et, après un peu de théâtre expérimental, débute dans les cafés. En 1985-1986, pour son « one woman show », Salle affaire, du sexe et du crime, elle sillonne les petites scènes du Nord (France et Belgique) avec un masque à grand nez de papier mâché touchant et ridicule, sa valise et ses bras peints en rouge. Elle impose un physique lourd, son accent belge du terroir, une gestuelle lente et une élocution difficile, pour exprimer des réflexions d'un bon sens torturé, des états d'âme provoqués par les détails insignifiants du quotidien. Ces traits atypiques lui confèrent une présence indéfinissable fondée sur le paradoxe d'une banalité aussi humble qu'étrange. Elle admire alors Zouc et suit l'enseignement de l'école de théâtre de Jacques Lecocq.

Les cinéphiles la découvrent dans Sans toit ni loi (1985, Agnès Varda), où Yolande Moreau fait partie des gens qui ont croisé Mona (Sandrine Bonnaire) durant les derniers jours de sa vie de routarde. Son interprétation s'inscrit aux limites indécises entre l'authenticité miraculeusement préservée d'un amateur et le professionnalisme d'une composition extrêmement maîtrisée, s'extrayant peu à peu du statut de témoin privilégié pour acquérir l'épaisseur d'un véritable protagoniste. À l'inverse d'une comédienne de composition, Yolande Moreau s'affirme comme une actrice-personnage. Elle ne se coule dans aucun rôle, ne va pas au personnage mais l'attire à elle, [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « MOREAU YOLANDE (1953-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yolande-moreau/