SUMAC YMA (1922-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chanteuse péruvienne, de son vrai nom Zoila Augusta Emperatriz Chávarri del Castillo. Née à Ichocán, près de Cajamarca, au Pérou, en septembre 1922, sans doute le 13, surnommée « le Rossignol des Andes » et « la Castafiore Inca », elle doit une partie de sa célébrité à ses caprices de diva et à ses extravagants costumes de scène. Mais ses enregistrements gardent trace d'une voix dont le registre possédait une rare amplitude (quatre octaves et demie), qui surprenait par ses trilles et ses feulements rayant d'un trait de feu incantations quechua et mambos kitch. Sa carrière commence avec le musicien Moisés Vivanco, son mentor et bientôt son époux, dont elle rejoint la troupe. Avec lui, elle entreprend, sous le nom d'Imma Sumack (« Jolie Fleur » en quechua), une carrière internationale qui la conduit d'abord en Argentine, au Brésil, au Chili et au Mexique. Sa popularité en Amérique latine est alors considérable. En 1950, elle obtient un contrat avec Capitol Records et se voit rebaptisée Yma Sumac. Après la sortie, cette même année, de l'album Voice of the Xtabay, elle se produit à Broadway (dans Flahooley, de Sammy Fain et E. Y. Harburg, en 1951) et tourne dans plusieurs films, dont Secret of the Incas (Le Secret des Incas, 1954), de Jerry Hopper, avec Charlton Heston, et Omar Khayyam (1957), de William Dieterle. Par la suite, elle se produira également en Union soviétique, en Asie, en Europe et à nouveau en Amérique latine, mais verra peu à peu décliner sa célébrité, malgré une tentative de reconversion marquée par l'enregistrement en 1971 d'un disque de rock psychédélique avec Les Baxter, Miracles. Yma Sumac meurt le 1er novembre 2008, à Los Angeles.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« SUMAC YMA - (1922-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yma-sumac/