IHIMAERA WITI (1944-    )

Écrivain maori, Witi Ihimaera explore dans ses romans et ses nouvelles les conflits entre les valeurs culturelles des Maoris et celles des Pakehas (Blancs d'origine européenne) dans sa Nouvelle-Zélande natale.

Né le 7 février 1944 à Gisborne, dans l'île du Nord, Witi Tame Ihimaera étudie à l'université d'Auckland de 1963 à 1966, puis à l'université Victoria de Wellington de 1969 à 1971, année où il obtient sa licence. Son premier recueil de nouvelles, Pounamu, Pounamu (1972), écrit pour des élèves du secondaire, aborde un de ses thèmes de prédilection – l'opposition entre la société traditionnelle communautaire maorie et la société pakeha, mécanisée et individualiste – et marque le début de la « Renaissance maorie ». Avec Tangi (1973), Ihimaera devient le premier écrivain maori à signer un roman en langue anglaise. Le suivant, Whanau (1974, « Famille »), décrit une journée dans un village maori. De 1973 à 1989, Ihimaera travaille au ministère des Affaires étrangères, pour lequel il écrit la brochure Maori (1975) et occupera deux années durant le poste de consul de Nouvelle-Zélande aux États-Unis. À partir de 1990, il enseigne à l'université d'Auckland.

Ihimaera participe également à la rédaction d'Into the World of Light (1982) et édite Te ao marama (1992), deux anthologies de la littérature maorie. Il publie ensuite les romans The Matriarch (1986) et The Whale Rider (1987, traduit en France sous le titre Paï) ; c'est avec cet ouvrage, adapté au cinéma (2003, Paï : l'élue d'un peuple nouveau), qu'il se fait connaître du public international. Parmi ses romans ultérieurs, citons Bulibasha King of the Gypsies (1994, Bulibasha, roi des Gitans), Nights in the Gardens of Spain (1995), où il aborde explicitement le thème de l'homosexualité, The Uncle's Story (2000) et The Trowenna Sea (2009). Auteur de nouvelles, Witi Ihimaera publie également les recueils The New Net Goes Fishing (1977) et Dear Miss Mansfield : A Tribute to Kathleen Mansfield Beauchamp (1989). Dans ce livre il réécrit à partir d'un point de vue maori certaines œuvres de cette femme de lettres britannique qui connut une enfance néo-zélandaise. Il compose enfin des livrets d'opéra, dont un est inspiré de Whanau.

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  IHIMAERA WITI (1944- )  » est également traité dans :

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 865 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le Maori dans la littérature néo-zélandaise »  : […] En 1972 paraît Pounamu Pounamu de Witi Ihimaera (né en 1944), le premier recueil de nouvelles écrit par un Maori. Dès lors, ce qu'on a appelé la « Renaissance maorie » est lancée. Dans son roman Tangi (1973 ; Tangi, 1988), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-zelande/#i_29749

Pour citer l’article

« IHIMAERA WITI (1944-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/witi-ihimaera/