PLOMER WILLIAM (1903-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme de lettres (poète, romancier, nouvelliste, mémorialiste et librettiste) sud-africain, né le 10 décembre 1903 à Pieterburg dans le Transvaal, mort le 21 septembre 1973 à Lewes, près de Brighton (Angleterre).

William Plomer passe son enfance en Angleterre avant de rentrer en Afrique du Sud avec sa famille après la Première Guerre mondiale. Son expérience d'apprenti dans une ferme isolée dans la province du Cap-Est lui révèle le vaste potentiel offert à la littérature par les paysages sud-africains et donne le ton de la sensibilité qu'expriment ses œuvres de jeunesse. Turbott Wolfe (1925), son premier roman, provoque un scandale car il évoque la question du métissage et ose critiquer la soi-disant bienveillance des Blancs à l'égard des Noirs, allant jusqu'à donner le mauvais rôle à des protagonistes blancs. Le recueil de nouvelles I Speak of Africa (1927), aggrave sa réputation. En collaboration avec Laurens Van der Post et le poète Roy Campbell, il fonde le magazine Voorslag (« Coup de fouet ») dont l'objet est de déranger la société sud-africaine raciste. L'indignation publique finit par avoir rapidement raison du journal et Plomer et Campbell quittent le pays.

Plomer voyage au Japon et à travers l'Europe avant de retourner en Angleterre où il devient pour ainsi dire un homme de lettres britannique, bien que certains de ses ouvrages continuent de s'inspirer de ses voyages. En Angleterre il écrit deux romans dramatiques sur Londres, The Case Is Altered (1932) et The Invaders (1934). Il publie en outre des Mémoires partiellement autobiographiques, Museum Pieces (1952) ainsi que trois volumes de Mémoires familiaux et personnels intitulés Double Lives (1943), At Home (1958) et Autobiography of William Plomer (1975). Entre 1938 et 1940, il édite trois volumes composés des journaux tenus par Francis Kilvert, curé de campagne de la période victorienne. Sa collaboration avec le compositeur britannique Benjamin Britten débute avec l'opéra Gloriana (1953), puis se poursuit avec l'écriture des livrets des cantates Curlew River (1964), The Burning Fiery Furnace (1966) et Prodigal Son (1968). L'une de ses plus grandes œuvres est le recueil Collected Poems (1960).

L'engagement de Plomer auprès du service de renseignement des forces navales pendant la Seconde Guerre mondiale et les années durant lesquelles il travaille en tant qu'éditeur au sein de la maison d'édition Jonathan Cape témoignent de son degré d'assimilation au sein de la société britannique. Plomer reçoit le titre de commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique en 1968.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  PLOMER WILLIAM (1903-1973)  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 369 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La contestation et son renouvellement »  : […] Dès 1964, dans son premier roman, L'Ambassadeur ( Die Ambassadeur ), André Brink formule une question qui ne cessera de le hanter, et qui jaillit tout droit de sa culture afrikaner : « Si seulement on pouvait se débarrasser de ce concept de péché pour pouvoir vivre librement, vivre à fond... mais meum Peccatum contra me est semper . » Il n'y parvie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_90400

Pour citer l’article

« PLOMER WILLIAM - (1903-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-plomer/