ONYEABOR WILLIAM (1946-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le musicien nigérian William Onyeabor enregistra et fit paraître, entre 1977 et 1985, une série de neuf albums qui constitue un répertoire envoûtant au croisement du funk, du rhythm and blues, des rythmes traditionnels africains et des musiques électroniques. Malgré un certain succès populaire dans son pays, il mit un terme à sa carrière de musicien au milieu des années 1980. Près de vingt-cinq ans plus tard, son œuvre sera redécouverte, en particulier après la publication d’une compilation, Who Is William Onyeabor ? (2013), par le label de musiques du monde Luaka Bop, à qui ce mystérieux musicien doit son étonnante et tardive reconnaissance internationale.

William Ezechukwu Onyeabor, de son nom complet, naît le 26 mars 1946 à Enugu au sud-est du Nigeria. Jeune homme, il se rend en Europe pour apprendre à enregistrer et à fabriquer des disques. À son retour dans sa ville natale au cours des années 1970, il crée, sous le nom de Wilfilms Limited, un studio d’enregistrement et une usine de pressage de disques vinyles extrêmement bien équipés. À cette époque, le Nigeria fait figure de vivier musical en Afrique de l’Ouest, avec pour chef de file Fela Kuti et son afrobeat. William Onyeabor écrit, interprète et produit lui-même sa musique, mais ne donne aucun concert. Dès la sortie de son premier album, Crashes in Love (1977), ce pionnier dans l’utilisation des synthétiseurs connaît un certain succès au niveau national, que confirmeront notamment les albums Atomic Bomb (1978) et Body & Soul (1980). Son titre le plus connu, « When the Going Is Smooth & Good », figure sur son dernier disque, Anything You Sow (1985).

En dépit d’une certaine popularité, Onyeabor abandonne ensuite sa carrière musicale et se tourne vers le monde des affaires (minoterie, entreprise de construction, location immobilière) et vers la religion. Il se montrera par la suite assez indifférent à la redécouverte de sa musique, refusant les interviews et tardant à coopérer avec ceux qui souhaiteront diffuser et faire connaître son répertoire. Néanmoins, des rééditions voient le jour au début du xxie siècle et, dans le sillage de la compilation de 2013, un groupe destiné à lui rendre hommage et baptisé Atomic Bomb! Band – et comprenant des stars telles que David Byrne (guitariste et chanteur des Talking Heads, cofondateur du label Luaka Bop) ou Damon Albarn (leader de Blur et de Gorillaz) – joue sa musique dans de nombreux festivals et en d’autres occasions en 2014.

William Onyeabor meurt le 16 janvier 2017 à Enugu.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« ONYEABOR WILLIAM - (1946-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-onyeabor/