WEEGEE ARTHUR FELLIG dit (1899-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Autoportrait, Weegee

Autoportrait, Weegee
Crédits : Weegee / Hulton Getty

photographie

On Deaf Ears, Weegee

On Deaf Ears, Weegee
Crédits : Weegee / Hulton Getty

photographie


Issu d'une famille juive austro-hongroise émigrée aux États-Unis, Arthur Fellig a vécu durant sa jeunesse dans la misère des quartiers populaires de New York qu'il ne cessera de côtoyer. À quatorze ans, Arthur Fellig abandonne l'école. Afin de gagner quelques dollars, il est vendeur à la sauvette ou plongeur dans une cafétéria avant de devenir l'assistant d'un photographe commercial. Rencontre accidentelle, la photographie ne s'impose certainement pas à lui comme un art, mais plutôt comme un moyen, parmi d'autres, d'échapper à la misère. Ainsi, il est successivement photographe ambulant, puis, de 1924 à 1928, violoniste dans les théâtres où passent les films muets. De 1924 à 1935, il collabore avec l'agence de photo-reportage Acme New Picture (future U.P.I. Photos) en tant que technicien de laboratoire. Ce travail lui permet en 1930 d'acheter son premier appareil photo, un Speed Graphic 4 × 5 pouces avec flash, qui ne le quittera plus. C'est donc avec une vive sensibilité qu'il photographie durant les années 1935-1945 tous les sujets qui vont bâtir sa réputation : les tragédies de la vie nocturne new-yorkaise avec leur cortège de victimes, de survivants et de badauds. Incendies, arrestations, meurtres, faune interlope des bars, accidents de la route, clochards et enfants des rues : chaque nuit, pendant dix ans, Fellig traquera le fait-divers sensationnel.

Autoportrait, Weegee

Autoportrait, Weegee

Photographie

Wegee, Autoportrait, 1957. Tirage argentique. Extrait d'une série de Distorsions, ce portrait du photographe par lui-même, dans le reflet d'un enjoliveur, est placé sous cette enseigne : «Attention! Pour être la meilleure, il faut qu'une photo soit originale, ou bien alors... 

Crédits : Weegee / Hulton Getty

Afficher

On Deaf Ears, Weegee

On Deaf Ears, Weegee

Photographie

Weegee, On Deaf Ears (La Sourde Oreille), 1942, tirage argentique. Dans une cellule, un prédicateur tente en vain de faire entendre son message aux prisonniers. 

Crédits : Weegee / Hulton Getty

Afficher

Photographe indépendant ayant reçu le surnom de Weegee, Arthur Fellig inaugure avec succès une méthode de travail particulière qui connut par la suite nombre d'adeptes. Attaché au quartier général de police de Manhattan, il est immédiatement informé de tout événement ayant eu lieu à New York et est le premier sur les lieux. Il travaille la nuit et vend ses clichés aux agences de presse ou directement aux principaux journaux avant le bouclage de l'édition du matin. En 1938, Weegee reçoit le premier l'autorisation d'installer dans sa voiture une radio qui lui permet de suivre en direct les messages de la police et des pompiers. Afin d'être plus rapide, il va même jusqu'à installer dans le coffre un nécessaire de dév [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de communication à l'Institut supérieur des sciences sociales et pédagogiques de Marcinelle, Belgique, chargé de cours à l'université de Liège

Classification


Autres références

«  WEEGEE ARTHUR FELLIG dit (1899-1968)  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le documentaire »  : […] La grande période du reportage, commencée avant la guerre (généralisation de l'appareil 24 × 36 mm, fondation de Life en 1936), se poursuit au lendemain du conflit (fondation de l'agence Magnum en 1947) avant que la télévision ne vienne gêner ses débouchés (disparition de Life en 1972). Le symbole et le héros en est Eugène Smith , dont les images puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_96804

Pour citer l’article

Marc-Emmanuel MÉLON, « WEEGEE ARTHUR FELLIG dit (1899-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/weegee/