ISO-HOLLO VOLMARI (1907-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Athlète finlandais, Volmari Iso-Hollo fut le premier homme – et à ce jour le seul – à remporter deux fois consécutivement la course de steeple aux jeux Olympiques (1932, 1936).

Volmari Iso-Hollo est né le 5 janvier 1907 à Ylöjarvi, une ville moyenne du sud-ouest de la Finlande. Il vient assez tardivement à l'athlétisme, car sa vraie passion est le ski de fond : il ne fait ses débuts en compétition qu'à l'âge de vingt et un ans, sous le maillot du Finnish Worker's Athletic Union. La pratique assidue du ski de fond lui a permis d'acquérir une grande résistance et, suivant la tradition finlandaise de l'époque, il choisit de disputer les courses de fond, rêvant d'imiter les exploits de son compatriote Paavo Nurmi. Il se révèle le 19 juin 1932 lors des épreuves de sélections finlandaises pour les jeux Olympiques de Los Angeles : alors que le record du monde du 5 000 mètres de Paavo Nurmi est de 14 min 28,2 s, deux hommes font nettement mieux dans une course historique – Lauri Lehtinen, vainqueur en 14 min 17,0 s, et Volmari Iso-Hollo, deuxième en 14 min 18,3 s. Volmari Iso-Hollo est en définitive sélectionné pour participer au 10 000 mètres et au 3 000 mètres steeple à Los Angeles. Durant la longue traversée vers les États-Unis sur le paquebot Mauretania, Volmari Iso-Hollo fait découvrir deux facettes de sa personnalité aux voyageurs étonnés : gai luron, il multiplie les facéties ; bourreau d'entraînement, il passe chaque jour de longues heures sur le pont du navire où il effectue divers exercices destinés à le maintenir en bonne condition physique.

Les Jeux de Los Angeles débutent par une déception pour le Finlandais. Le 31 juillet, le 10 000 mètres est l'occasion d'une farouche empoignade entre le Polonais Janusz Kusocinski et Volmari Iso-Hollo, les deux hommes multipliant les attaques durant les vingt-cinq tours de piste ; mais Kusocinski l'emporte en 30 min 11,4 s, devançant au sprint Iso-Hollo, qui réalise pourtant son meilleur temps sur la distance (30 min 12,6 s) : il s'agit d'une humiliation pour la Finlande, car un de ses représentants avait toujours remporté cette course depuis son inscription au programme olympique en 1912. Remis de sa déception, Volmari Iso-Hollo est au départ du 3 000 mètres steeple le 6 août, une course qui va donner lieu à l'une des plus belles étourderies olympiques. Volmari Iso-Hollo prend les devants dès le début de l'épreuve, augmente constamment son avance sur ses rivaux ; les officiels sont plus occupés à l'admirer qu'à se concentrer sur leur travail et... oublient de faire tinter la cloche qui annonce le dernier tour, puis d'arrêter le Finlandais au terme des 3 000 mètres. Iso-Hollo s'impose dans un temps très médiocre (10 min 33,4 s) et sa victoire est accueillie par un silence de plomb. Le jury s'aperçoit enfin de son erreur, le résultat est bien sûr entériné tant la domination du Finlandais était manifeste, mais Iso-Hollo, qui a en fait couru 3 460 mètres, a été privé de la juste ovation que son exploit méritait.

Volmari Iso-Hollo connaît par la suite quelques difficultés liées à une santé précaire, mais il continue de vivre en ascète et de s'entraîner avec une extrême rigueur. Il se voit de nouveau sélectionné pour les jeux Olympiques en 1936 et, comme en 1932, il participe au 10 000 mètres et au 3 000 mètres steeple. Le 2 août, à l'Olympiastadion de Berlin, le 10 000 mètres est l'occasion pour la Finlande de prendre une éclatante revanche et de retrouver un titre olympique que Kusocinski lui avait chipé en 1932 : les trois Finlandais dominent nettement une épreuve qui voit la victoire d'Ilmari Salminen (30 min 15,4 s), qui s'impose au sprint devant Arvo Askola (30 min 15,6 s), alors que Volmari Iso-Hollo obtient la médaille de bronze (30 min 20,2 s). Six jours plus tard, Iso-Hollo remporte comme en 1932 le 3 000 mètres steeple : cette fois, il n'y a pas d'erreur sur la distance et, en 9 min 3,8 s, il bat de près de 5 secondes le record du monde détenu par l'Américain Harold Manning (9 min 8,2 s) ; cette remarquable performance était nécessaire, car son compatriote Kaarlo Tuominen, deuxième en 9 min 6,8 s, et l'Allemand Alfred Dompert, troisième en 9 min 7,2 s, lui ont bien résisté. Volmari Iso-Hollo connaît enfin la notoriété qu'il méritait, car ses compatriotes ont suivi avec passion la course retransmise à la radio. Il met alors un terme à sa carrière sportive.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « ISO-HOLLO VOLMARI - (1907-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/volmari-iso-hollo/