TRIPTANS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Découverte marquante des années 1990, tant sur le plan thérapeutique qu'au niveau de la compréhension physiopathologique de la maladie migraineuse, le Sumatriptan, premier triptan mis sur le marché, a été développé spécifiquement selon l'hypothèse qu'il existerait au moment de la crise de migraine une dépression en sérotonine. Il se comporte comme un agoniste sélectif de certains récepteurs à la sérotonine et agit selon deux mécanismes : il entraîne une vasoconstriction intracrânienne, comme l'a montré son découvreur Patrick Humphrey, mais il diminue également l'inflammation neurogène (selon Michael Moskowitz, l'inflammation stérile au niveau des vaisseaux dure-mériens serait à l'origine des phénomènes douloureux de la crise migraineuse et serait générée par une activation à contre-courant des fibres du nerf trijumeau qui participe à la sensibilité de la plus grande partie de la tête).

C'est un médicament de la céphalée migraineuse et non de la totalité de la crise. En effet, il est inefficace sur les symptômes de l'aura visuel ou neurologique qui précèdent le phénomène migraineux. Les résultats obtenus sont néanmoins, dans l'ensemble, meilleurs que ceux que peuvent procurer d'autres médications de la crise migraineuse, qu'il s'agisse d'antalgiques ou d'antimigraineux spécifiques. Les effets secondaires sont relativement fréquents, mais habituellement mineurs et transitoires (fourmillements aux extrémités, oppression thoracique). L'un des principaux inconvénients du médicament est sa durée d'action brève avec, dans près d'un tiers des cas, une rechute dans les heures qui suivent la première prise. Cette rechute est elle-même sensible à une nouvelle prise ; mais si le Sumatriptan a échoué d'emblée, une seconde prise demeure inefficace.

À la suite du Sumatriptan, d'autres membres de la famille des triptans présentant un meilleur rapport efficacité/tolérance ont fait leur apparition : le Zolmitriptan, le Naratriptan, le Rizatriptan, l'Élitriptan, l'Almotriptan, le Frovatriptan.

—  Patrick HENRY

Écrit par :

  • : professeur de neurologie, doyen de la faculté de médecine, Bordeaux

Classification

Pour citer l’article

Patrick HENRY, « TRIPTANS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/triptans/