TOOTS AND THE MAYTALS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ensemble vocal jamaïcain extrêmement populaire dans les années 1960 et 1970, Toots and The Maytals fut l'un des plus grands groupes de ska et de reggae.

En 1962, le charismatique Frederick « Toots » Hibbert (Frederick Nathaniel Hibbert, né en 1945) fonde avec Nathaniel « Jerry » Matthias (né en 1937) et Henry « Raleigh » Gordon (né en 1939) un groupe de ska, qui va commencer à enregistrer sous les noms de The Flames, The Vikings ou The V. Maytals, avant de devenir The Maytals. Le trio devient rapidement le groupe le plus célèbre de Jamaïque grâce à la puissance et à l'exubérance du chant d'Hibbert, souvent comparé à Otis Redding. En 1968, The Maytals sortent leur premier titre, 54-46 (That's My Number), morceau de reggae produit par Leslie Kong, propriétaire de Beverley's, un label promouvant ce style et qui vient de naître dans l'île. Ce torrent de paroles prononcées sur un rythme effréné qui relate le séjour de Hibbert en prison pour possession de marijuana (54-46 était son matricule), est considérée comme l'un des meilleurs morceaux de reggae. Le trio poursuit avec des succès comme Do the Reggay (probablement la première utilisation explicite du terme), Monkey Man, Sweet and Dandy et Pressure Drop. Ces deux derniers titres seront repris dans la bande originale du film culte réalisé par Perry Henzell, The Harder They Come (1972), qui contribue à la renommée internationale du groupe. Avec l'album Funky Kingston produit par Chris Blackwell pour son label Mango Records (1973), The Maytals deviennent Toots and The Maytals. Contrairement à celle de Bob Marley et des Wailers, la musique des Maytals, plutôt apolitique, est empreinte d'une joie et d'un optimisme débordant. En 1982, Hibbert met fin à l'histoire des Maytals en se lançant dans une carrière en solo, mais ses incursions dans des styles autres que le reggae n'attireront pas l'attention d'un large public en dehors de la Jamaïque.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« TOOTS AND THE MAYTALS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toots-and-the-maytals/