KINGSTON, Jamaïque

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le site de la capitale jamaïcaine, sur la côte méridionale de l'île, est celui de la vaste plaine de Liguanea, adossée à une rade magnifique aux qualités portuaires excellentes.

Jamaïque : carte administrative

Jamaïque : carte administrative

Carte

Carte administrative de la Jamaïque. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville de Kingston proprement dite, dont le territoire est limité à une étroite bande littorale, fut fondée en 1692. La ville dut sa croissance au développement de l'agriculture de plantation : les exportations de sucre assuraient l'essentiel des entrées de devises durant la période coloniale. Bien qu'elle ait reçu le statut de ville en 1802, elle ne devint capitale qu'en 1872, à la place de Spanish Town. Kingston fut reconstruite selon un plan en damier après le tremblement de terre et le terrible incendie qui s'ensuivit en 1907. Après une période de déclin dans les années 1950, un programme de rénovation a permis de valoriser le patrimoine pour le tourisme. Un centre des congrès a été construit de façon à attirer des activités décisionnelles et de service.

Le centre historique a un bâti qui contraste avec les immeubles modernes du New Kingston construits dans les années 1960. Situé au nord de la vieille ville, ce quartier à l'urbanisme audacieux rappelle davantage l'Amérique du Nord que les Antilles. On y trouve les banques, les hôtels de luxe et les centres commerciaux, qui témoignent de la vitalité de l'économie. Au début du xxie siècle, l'agglomération progresse encore. À l'est de ce nouveau quartier se trouvent les résidences luxueuses de Mona Heights : elles sont souvent entourées de hautes murailles et gardées par des vigiles armés ; à l'ouest de New Kingston prolifèrent les bidonvilles de Trench Town (quartier d'origine des artistes jamaïcains tels que Bob Marley), de Denham Town et de Jones Town, où s'entasse une population misérable. Dans ces quartiers populaires, le trafic de drogue joue un rôle fondamental dans les stratégies de survie des résidents. L'ensemble de l'agglomération rassemblait 700 000 habitants en 2004. À une dizaine de kilomètres de la capitale, l'annexe de Portmore a permis de décongestionner le centre-ville en y orientant une partie de l'afflux de population [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : agrégé de géographie, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  KINGSTON, Jamaïque  » est également traité dans :

JAMAÏQUE

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 7 647 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une île tropicale »  : […] La Jamaïque appartient à l'archipel des Antilles. Avec une superficie de 10 991 kilomètres carrés, elle est la troisième plus grande île après Cuba et l'île d'Hispaniola. Sa géologie est complexe et prolonge les grands traits structuraux de la presqu'île du sud d'Haïti. On trouve une répartition zonale très contrastée : à l'est, un noyau fait de schistes et de roches métamorphiques datant du Crét […] Lire la suite

Les derniers événements

18 mai - 22 juin 2010 • Jamaïque • Émeutes à Kingston et arrestation d'un chef de gang.

jusqu'alors réticent à consentir l'extradition du chef d'un gang qui lui sert de milice lors des campagnes électorales dans la capitale, Kingston. En mars, un rapport du secrétariat d'État américain avait dénoncé le manque de collaboration des autorités jamaïquaines ainsi que les liens existant entre [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean Marie THÉODAT, « KINGSTON, Jamaïque », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kingston-jamaique/