TIAN HAN [T'IEN HAN] (1898-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tian Shouchang (qui adopta le nom de plume de Tian Han) naquit à Changsha, province de Hunan, dans une riche famille paysanne. À l'école normale supérieure de Tōkyō (1914), il prend connaissance des œuvres dramatiques occidentales modernes. De retour en Chine en 1921, son activité à Shanghai d'auteur dramatique, de traducteur (Shakespeare, Wilde, Mérimée, Tolstoï, Gorki) et d'adaptateur lie son nom à la création du théâtre chinois moderne, dit parlé. Tout d'abord lié au groupe Création (Chuangzao), dont il est l'un des fondateurs, il l'abandonne aussitôt pour créer sa propre société, la Société du Sud (Nanguoshe), pour laquelle il écrit en très peu de temps une dizaine de pièces, très connues dans les grandes villes chinoises à la fin des années vingt. Professeur à l'Université des Beaux-arts de Shanghai en 1928 et conférencier dans plusieurs autres, il est alors la personnalité la plus en vue du monde du théâtre et du cinéma. Entre 1931 et 1933, ses œuvres complètes paraissent en cinq volumes. Il est parallèlement chargé de responsabilités culturelles dans le parti communiste, auquel il a adhéré en 1932. Membre de la Ligue des écrivains de gauche en 1930 (fondée par Luxun), il est avec Zhou Yang le responsable des intellectuels à Shanghai pour le Parti communiste chinois. Partisan de la « littérature de défense nationale » que Luxun dénonce comme faisant le jeu du Guomindang et des agresseurs japonais, il s'oppose violemment à lui, dans la querelle dite des deux slogans, qui rebondit au moment de la « révolution culturelle » (1966). Tian Han, dont l'activité d'auteur dramatique et de politique est allée croissant depuis la mort de Luxun (1936), fait alors partie du groupe de la municipalité de Pékin aux côtés de Zhou Yang. En décembre 1966, il est démis de toutes ses responsabilités avant d'être réhabilité dès la fin de la révolution culturelle.

—  Michelle LOI

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de jeunes filles, agrégée de l'Université (lettres), docteur d'État, professeur honoraire à l'université de Paris-VIII, département de littérature générale, domaine chinois

Classification

Pour citer l’article

Michelle LOI, « TIAN HAN [T'IEN HAN] (1898-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tian-han-t-ien-han/