TALENT, monnaie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mesure de poids et unité monétaire la plus répandue dans la Grèce antique, la valeur du talent a pu considérablement varier suivant le système pondéral adopté.

Les textes homériques mentionnent un talent d'or dont la valeur a fait l'objet de nombreuses controverses et recherches : valait-il 16,82 grammes d'or, comme le sicle fort babylonien, ou simplement 8,41 grammes, soit la valeur d'un bœuf ? On a cru pouvoir identifier avec ces talents homériques les disques d'or retrouvés dans les tombes mycéniennes : l'extrême légèreté de ces disques (de 1,25 à 3 g) a conduit à rejeter cette hypothèse ; ils représenteraient plutôt l'image de la fortune du défunt.

À l'époque historique, le système pondéral grec est invariablement le suivant : 1 talent vaut 60 mines ; 1 mine vaut 50 statères ou 100 drachmes ; 1 statère vaut 2 drachmes ou 12 oboles ; 1 drachme vaut 6 oboles ou 1/2 statère ; 1 obole vaut 1/6 de drachme. Cette combinaison du système décimal et duodécimal permet d'établir que l'origine du système pondéral grec doit être recherché en Orient, chez les Chaldéo-Assyriens.

Autre trace de cette origine, on retrouve deux séries de poids, l'un valant exactement le double de l'autre, comme chez les Chaldéo-Assyriens. Le poids fort a pour base un talent de 60,552 kg ; il est devenu la règle du système phocaïque. Le poids faible, ou talent de 30,276 kg, est la base de la taille de la monnaie d'or appelée dorique. Mais il existe toutes sortes d'autres talents, variant suivant les époques et les villes, avant d'arriver au système attique ou euboïque, qui triompha presque universellement après avoir été adopté par Alexandre : le talent valant 26,160 kg, la mine 436 grammes, le statère 8,73 g, la drachme 4,36 g. À l'époque romaine, le talent grec fut mis en rapport avec la livre romaine. Il valait 80 livres romaines suivant Tite-Live et Polybe, 80 livres 2/3 ou 83 livres 1/3 suivant Priscien, 72 livres suivant Plaute. Le solidus aureus, sou d'or de Constantin, taillé à raison de 72 à la livre est l'équivalent de 6 000 pièces de cuivre, qui représentent un talent. Aussi, la pièce d'or est-elle parfois appelée de ce nom.

—  Jean DÉRENS

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, bibliothécaire à la bibliothèque historique de la Ville de Paris

Classification


Autres références

«  TALENT, monnaie  » est également traité dans :

MONNAIE - Histoire de la monnaie

  • Écrit par 
  • Michel BRUGUIÈRE
  •  • 9 794 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Grèce »  : […] Les noms sous lesquels sont désignées les monnaies grecques sont des noms de poids : talent, mine, sicle. Mais l'existence de deux systèmes de référence rendait les équivalences assez difficiles à calculer : l'un de ces systèmes, originaire d'Argos et d'Égine, prévalut dans le Péloponnèse ; l'autre en Attique et Eubée . En fait, Rhodes, Milet, Corinthe, grandes places commerciales, frappèrent elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-histoire-de-la-monnaie/#i_19163

Pour citer l’article

Jean DÉRENS, « TALENT, monnaie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/talent-monnaie/