AURELL TAGE (1895-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Discret et attentif à ses voix intérieures, tout entier suggéré plus que disséqué dans cette sorte d'autobiographie qu'est Viktor (1955), Tage Aurell aura attendu d'avoir la cinquantaine pour être reconnu par les siens ; il restera pourtant comme l'un des plus fins stylistes qu'a jamais comptés la prose suédoise.

Sorti d'un milieu modeste, il se consacra, à partir de 1919, au journalisme, où il se spécialisa dans la critique d'art et de littérature. Surtout, il se fixa longtemps à l'étranger et put déployer une grande activité de traducteur, tant pour certains écrits français de Strindberg (comme Vivisections), qu'il rendit en suédois, que pour des auteurs français, allemands ou autres, qu'il fit connaître à ses compatriotes : Kafka, Büchner, Stendhal, Joubert, Andersen et Kinck, par exemple.

Deux incitations majeures ont décidé d'une œuvre qu'il ne se résolut à entreprendre que relativement tard, en 1932 : celle de Strindberg et celle du symbolisme sous ses diverses acceptions européennes.

L'influence réaliste venait, en fait, corroborer chez Aurell un penchant marqué pour le pittoresque de la petite ville de son enfance. Karlstad, qui est « la ville » de ses romans, pour un populisme de bon aloi qui l'incite à dépeindre ce Värmland, où il se fixe définitivement à partir de 1930. Quant au reste, Flaubert, Stendhal et Strindberg lui apprendront à « représenter des caractères qui paraissent vraisemblables », à dépeindre le réel avec une fidélité aussi stricte que possible et une objectivité sans complaisance. Högåsen aller et retour (Till och från Högåsen, 1934) s'ouvre par la mort d'un petit enfant nouveau-né pour se clore par le suicide d'un valet de ferme ; Martina (1937), qui fut son œuvre la plus célèbre, brode sur les amours interdites d'un pasteur et de sa servante ; Éditions à quatre sous (Skillingintryck, 1943) suit la paranoïa d'un anormal qui finit par mettre le feu à sa maison en espérant de la sorte, récupérer sa femme et son enfant... Tage Aurell entendait écrire des tragédies tirées de la vie quotidienne : de fait, ses héros sont des inadaptés qui meure [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Régis BOYER, « AURELL TAGE - (1895-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tage-aurell/