SPASMOPHILIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La spasmophilie, décrite essentiellement par les auteurs français (Klotz), est un syndrome clinique fait de crises soit majeures (attaques de tétanie) soit mineures (palpitations, malaises, pertes de connaissance plus ou moins complètes, douleurs épigastriques, crampes musculaires à l'effort), le tout atteignant trois femmes pour un homme et se développant le plus souvent dans un climat de tension nerveuse et d'anxiété.

Cette symptomatologie, polymorphe et variable selon les périodes de l'existence, est très invalidante pour le malade qui va d'un spécialiste à l'autre sans que ceux-ci puissent trouver une explication organique aux troubles présentés. Limitée à la France, non reconnue par les littératures médicales étrangères, fortement attaquée en France même, la notion de spasmophilie a eu néanmoins tant d'impact auprès du public et des médecins qu'il ne paraît pas inutile de faire le point sur ce syndrome.

Ce syndrome a été attribué à un état d'hyperexcitabilité nerveuse, objectivable par des modifications électromyographiques (doublets ou multiplets) et un signe particulier, le signe de Chvostek, caractérisé par une contractilité anormale de l'orbiculaire des lèvres lors de la percussion de la joue. On a voulu lui trouver une base biologique, tendance hypocalcémiante ou manque de magnésium pour en tirer une thérapeutique à base de calcium et de dérivés de la vitamine D.

En réalité, toute cette description est fragile :

– les crises de tétanie sont précédées d'une hyperventilation d'origine émotive (soif d'air) et base d'une alcalose, cause classique de tétanie ; elles sont toujours précédées d'une émotion, même minime ;

– le signe de Chvostek n'a rien de constant et surtout se voit fréquemment en dehors de la maladie ; il en est de même pour les modifications de l'électromyogramme, celui-ci étant positif dans 30 ou 40 p. 100 des populations témoins ;

– l'hypocalcémie est minime, située aux environs de 80 milligrammes par litre (ou 2,1 mmol/l) de calcium plasmatique ; elle ne se produit que pendant les crises ; des hypocalcémies [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de Marseille, médecin chef des hôpitaux, membre correspondant de l'Académie de médecine

Classification


Autres références

«  SPASMOPHILIE  » est également traité dans :

PARATHYROÏDES

  • Écrit par 
  • Alain REINBERG
  • , Universalis
  •  • 2 274 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hypoparathyroïdisme »  : […] L'hypoparathyroïdisme se traduit cliniquement par des crises de tétanie aiguës qui réalisent des attitudes particulières très révélatrices, telles la « main d'accoucheur » ; les crises durent quelques minutes, parfois plusieurs heures, et se répètent à des intervalles plus ou moins espacés ; mais, entre les accès, persiste généralement un état de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parathyroides/#i_95700

Pour citer l’article

Roland SIMONIN, « SPASMOPHILIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/spasmophilie/