RYKIEL SONIA (1930-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir proposé une mode féminine qui combine l'aisance, la désinvolture moderne et un « je ne sais quoi » de nostalgique, Sonia Rykiel s'est imposée comme l'interprète privilégiée de deux générations de femmes en quête de leur identité. Elle a instauré, à travers ses créations, plus qu'une mode, une véritable philosophie de l'existence, jalonnée d'interrogations et de prises de position sur la société, la place des femmes, la notion de bonheur, l'esthétique.

Sonia Rykiel

Sonia Rykiel

Photographie

« Je change chaque fois tout et je ne change rien », disait Sonia Rykiel. Le jersey, le tricot et la prééminence du noir auront constitué les éléments de base d'une silhouette immédiatement identifiable. Ici, Sonia Rykiel en 1993. 

Crédits : Birnbaum/ Lebrecht/ Leemage

Afficher

Sonia Rykiel naît le 25 mai 1930 à Paris, d’une mère polonaise et d’un père roumain. Elle est l’aînée des cinq filles que compte la famille. Marquée par une enfance plutôt austère, elle garde le souvenir des tenues pratiques et neutres que sa mère lui confectionnait : petites robes fourreaux, vêtements tricotés, aux tons sourds. Le confort l'emporte sur le souci esthétique, mais de ces tenues simples émane une élégance sobre, dégagée, insolite pour l'époque.

Les premières créations de Sonia Rykiel sont, outre les vêtements qu'elle exécute pour elle-même, des tricots et des robes pour femmes enceintes. C'est alors l'essor des boutiques qui offrent aux femmes « dans le vent » un nouvel assortiment de tenues, adaptées à l'évolution des mentalités : modernité, autonomie, dynamisme et sens des responsabilités sont les maîtres mots de la génération lorsque Sonia Rykiel présente en 1962 ses vêtements pratiques, efficaces, dans la boutique de son mari, Laura. En 1968, elle crée sa propre affaire. Ses robes en maille deviennent vite des classiques, en accord avec la vie quotidienne, car leur élégance n'est jamais tapageuse. Ses ensembles « coordonnés » correspondent aussi au besoin des femmes d'un libre jeu avec la mode, selon l'humeur : pull, cardigan ou polo, jupe, robe ou pantalon... Sonia Rykiel privilégie les décors géométriques, les rayures, les oppositions simples pour des vêtements de jersey qui épousent le corps comme un gant et accentuent la sveltesse, la fragilité. Claude Berthot (Elle) parlera à juste titre à son propos d'un « jersey nommé désir ».

Lorsqu'en 1973 la Chambre syndicale de la couture parisie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Guillaume GARNIER, « RYKIEL SONIA - (1930-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonia-rykiel/