SOHN KEE-CHUNG, en jap. SON KITEI (1912-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Athlète coréen. En 1935, Sohn Kee-chung établit la meilleure performance mondiale sur le marathon (2 h 26 min 42 s), ce qui lui vaut d'être sélectionné pour représenter le Japon, qui occupe la péninsule coréenne depuis 1910, lors des jeux Olympiques de Berlin en 1936. Vainqueur du marathon, sous son nom japonais (Kitei Son), il baisse les yeux en signe de protestation lorsque l'hymne japonais retentit. Il tente à cette occasion d'alerter le monde, en signant les documents officiels de son véritable nom et en y accolant une petite carte de la Corée. Au moment de la partition de la Corée, en 1948, il choisit de s'installer en Corée du Sud. En 1988, il connaît l'honneur d'être le dernier porteur de la flamme olympique lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Séoul. Membre du Comité olympique sud-coréen, il tentera de faire réattribuer sa médaille d'or à la Corée. En vain.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  SOHN KEE-CHUNG, en jap. SON KITEI (1912-2002)  » est également traité dans :

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 851 mots

Dans le chapitre « 9 août »  : […] Le Coréen Sohn Kee-chung – qui court sous son nom japonais (Son Kitei) et sous le maillot nippon en raison de l'annexion de son pays par le Japon – domine nettement le marathon, en 2 h 29 min 19,2 s (record olympique). Sur le podium, Sohn Kee-chung et un autre Coréen, Nam Sung-yong (baptisé Nan Shoryu par les Japonais), troisième, baissent le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/1936-10es-jeux-olympiques-d-ete/#i_44191

JEUX OLYMPIQUES

  • Écrit par 
  • Jean DURRY, 
  • Pierre LAGRUE, 
  • Alain LUNZENFICHTER
  • , Universalis
  •  • 15 085 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « 1936. Berlin »  : […] Owens remporte les 100, 200 et 4 fois 100 mètres, ainsi que le saut en longueur. Quant au Coréen Kee Chung-sohn, lauréat du marathon, il monte sur le podium les larmes aux yeux, figé de honte, contraint d'écouter l'hymne du Japon, qui venait d'annexer son pays, lequel retentissait en son « honneur ». Mais l'Allemagne a obtenu 33 médailles d'or, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques/#i_44191

SÉOUL (JEUX OLYMPIQUES DE) [1988] - Chronologie

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 3 534 mots

Dans le chapitre « 17 septembre »  : […] de tous quand un vieil homme pénètre dans le stade avec la torche olympique : il se nomme Sohn Kee-chung et remporta le marathon des Jeux de Berlin en 1936 ; mais, à l'époque, son patronyme avait été transformé en Son Kitei par les Japonais qui occupaient la Corée, et il baissa le regard en signe de honte et de protestation quand le drapeau nippon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/1988-21es-jeux-olympiques-d-ete/#i_44191

Pour citer l’article

« SOHN KEE-CHUNG, en jap. SON KITEI (1912-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sohn-kee-chung/