SŒUR EMMANUELLE (1908-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est le 16 novembre 1908 que naît, à Bruxelles, Madeleine Cinquin qui deviendra, sous le nom de sœur Emmanuelle, la religieuse la plus populaire auprès des Français, véritable icône de la solidarité. Son père, qui dirige une entreprise de lingerie fine, est belge, sa mère française. Madeleine est la deuxième de leurs trois enfants. La famille, aisée, appartient à la bourgeoisie textile et mène une existence tranquille. Survient, en septembre 1914, le drame qui marquera à jamais la petite Madeleine : la mort, sous ses yeux, de son père, lors d'une baignade.

Réfugiée dans le nord de la France le temps de la guerre, la famille retrouve la Belgique en 1918. Jolie et coquette déjà, Madeleine va y vivre une jeunesse privilégiée. Elle pratique le tennis et le patinage et prend goût, aussi, à la mode et à la danse. À l'école, on se souvient plus de ses pitreries et de son insolence que de son travail. Pourtant, un trait profond de sa personnalité frappe de plus en plus son entourage. Généreuse, la jeune fille est d'une piété profonde, qu'elle n'affiche pas mais dont elle ne fait pas mystère. Elle se passionne pour l'aventure des missionnaires qui consacrent leur vie aux plus pauvres sur des terres lointaines. À quatorze ans, elle recopie sur ses cahiers les Pensées de Pascal. Il sera, comme elle l'écrit plus tard, son « maître de vie ». Il existe bel et bien, chez la jeune bourgeoise, une aspiration à une vie différente. Madeleine Cinquin entre dans la congrégation enseignante Notre-Dame de Sion à Paris, et devient, le 10 mai 1931, sœur Emmanuelle. Une nouvelle vie commence.

De 1932 à 1970, la jeune religieuse, qui n'a rien abdiqué de sa forte personnalité, va enseigner successivement en Turquie, où elle restera vingt-huit ans, puis en Tunisie et en Égypte. Tout en sachant que les sœurs de Notre-Dame de Sion ont vocation à éduquer les jeunes filles de la bonne société, elle demande à être affectée au service des enfants en détresse. Elle reçoit effectivement sa première mission auprès de l'école pauvre d'Istanbul. À l'université de ce [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : journaliste-écrivain, président du Centre national de la presse catholique

Classification

Pour citer l’article

Jean-Claude PETIT, « SŒUR EMMANUELLE (1908-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/soeur-emmanuelle/