SHŌMEI TŌMATSU (1930-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le photographe japonais Shōmei Tōmatsu est célèbre pour ses séries The Chewing Gum and Chocolate (1958) et Nagasaki 11 :02 (1960-1966). Ces photographies rendent compte de la présence américaine au Japon et de l'impact, quinze ans après, de la bombe nucléaire qui avait été lancée sur la ville japonaise.

Shōmei Tōmatsu est né en 1930 à Aichi dans la préfecture de Nagoya. En 1954, parallèlement à ses études d'économie à l'université d'Aichi, il se forme en autodidacte à la photographie. Ses premiers clichés sont publiés dans des magazines japonais de photographies. Après avoir travaillé pour la maison d'édition Iwanami-Shoten à Tōkyō, il s'établit comme photoreporter indépendant en 1956. Il commence une série de photographies sur l'occupation et l'influence américaine au Japon.

En association avec, Eikoh Hosoe et Ikko Narahara, Shōmei Tōmatsu fonde en 1959 l'agence photographique Vivo. Commandée par le Conseil japonais contre les bombes atomiques, la série Nagasaki 11 :02 doit son nom à une montre arrêtée à l'heure exacte de l'impact de la bombe et déterrée à proximité de l'explosion. Photographiée sur fond neutre, elle est montrée à la manière d'une pièce à conviction. Les images du photographe révèlent des objets épars et les cicatrices sur le corps des victimes. Le résultat est la parution, avec le photographe Ken Domon, d'un recueil intitulé Document-Hiroshima-Nagasaki (1961). Shōmei Tōmatsu collabore également à la réalisation du film Le Piège (1961) d'Oshima Nagisa. Dans les années 1960, il photographie les mouvements de protestation des étudiants au Japon et la nouvelle vie de bohème des jeunes du quartier Shinjuku de Tōkyō, alors en pleine mutation.

Le travail de Shōmei Tōmatsu est présenté à Paris en 1986, lors de l'exposition Japon des avant-gardes 1910-1970, au centre Georges-Pompidou. En 2006, le Museum of Modern Art de San Francisco lui consacre une rétrospective intitulée Shomei Tomatsu : Skin of the Nation. Le photographe meurt en 2012 à Naha, près d'Okinawa.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  SHOMEI TOMATSU (1930-2012)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « La guerre et l'essor »  : […] La Seconde Guerre mondiale devait marquer l'arrêt de cette effervescence moderniste et de ce goût de la recherche, au profit de l'effort national de propagande servi par des photographes anonymes. La fin de la guerre et ses conséquences auront un effet durable sur la photographie japonaise, qui sera d'abord consacrée aux témoignages immédiats sur les deux frappes nucléaires des 6 et 9 août 1945. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_52258

Pour citer l’article

« SHŌMEI TŌMATSU (1930-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/shomei-tomatsu/