SÉRAPHINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Êtres célestes hybrides et ailés, ayant des caractéristiques humaines, animales ou propres aux oiseaux, les séraphins sont décrits dans la littérature juive, chrétienne et islamique ; ils servent à porter ou à garder le trône de la divinité. Dérivés de la mythologie et de l'iconographie proche-orientale, ces êtres célestes remplissent d'importantes fonctions liturgiques et jouent un rôle d'intercesseurs dans la hiérarchie des anges. Des taureaux ailés, des sphinx, des griffons, et des humains — largement représentés dans l'art ancien du Proche-Orient — remplissaient diverses fonctions du culte.

Les séraphins (en hébreu Serafim, mot dont l'étymologie est incertaine mais qui vient peut-être d'un mot signifiant « serpents » ou du verbe « brûler ») sont les célestes gardiens du trône de Dieu : on les appelle souvent « ceux qui brûlent ». Dans l'Ancien Testament, dans la vision du Temple du prophète Isaïe (vi), les séraphins ont six ailes et célèbrent Dieu par l'hymne qui porte dans l'orthodoxie grecque le nom de Trisagion (« trois fois saint ») : « Saint, saint, saint, est le Dieu des armées ; la terre entière resplendit de sa gloire » (Is., vi, 3). Les sculptures antiques du Proche-Orient, comme les bas-reliefs de basalte de Tall Halaf, en Syrie, représentent des silhouettes humaines avec trois paires d'ailes, tenant un serpent dans chaque main. Dans l'angélologie chrétienne, les séraphins sont les premiers êtres célestes dans la hiérarchie des anges.

Dans les représentations picturales, les chérubins à quatre ailes sont peints en bleu (pour symboliser le ciel) et les séraphins à six ailes sont peints en rouge (pour symboliser le feu).

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« SÉRAPHINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/seraphins/