SCHIZOÏDIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Type de caractère pathologique ayant des traits communs avec la psychose schizophrénique. Kretschmer (1888-1964), inventeur du terme « schizoïdie », l'emploie (1921) tantôt comme un synonyme de schizothymie, tantôt pour indiquer des états qui se situent davantage sur le chemin de la psychose. Cette ambiguïté langagière n'a jamais été résolue, et aujourd'hui encore on appelle schizoïdie :

a) Un tempérament, dit aussi schizothyme, pendant du cyclothyme dans le système de Kretschmer, propre à des sujets de constitution leptosome, et caractérisé psychologiquement par une humeur renfermée, introvertie, rêveuse et solitaire, un manque de réalisme conduisant à des positions philosophiques et religieuses fumeuses, ainsi que par une affectivité en surface pauvre et en profondeur hypersensible, délicate et susceptible. Ce caractère « anguleux », qui est celui de beaucoup d'artistes et de penseurs, peut s'« arrondir » à l'expérience de la vie et à l'épreuve de la réussite. Cependant, il peut aussi faire le lit de la schizophrénie. D'après des travaux récents, schizoïdie et schizophrénie seraient attribuables au même gène dominant dans l'hétérozygotie (c'est le cas de 50 p. 100 des membres des familles de schizophrènes), la schizophrénie se manifestant s'il y a, en plus, iso-allélisme et aussi sous l'effet de certaines circonstances extérieures (L. Heston, 1970).

b) Un caractère psychotique, celui que H. Claude appelait « schizomanie ». De même structure générale que la schizoïdie-tempérament, il conduit le sujet à l'isolement, au refuge dans une rêverie à thème compensatoire. Il s'explique par la mauvaise tolérance à la frustration et par la prédominance du narcissisme primaire. Ses limites avec la schizophrénie, d'une part, avec la « crise d'originalité juvénile », d'autre part, ne sont pas toujours nettes. En ce sens, le schizoïde est un prépsychotique.

c) Sous la dénomination de schizoïdie évolutive, des cas qui dépassent le trouble du caractère pour constituer une véritable maladie mentale, qui n'est cependant pas encore la schizophrénie proprement dite ; on parle aussi de schizophrenia mitis ou de schizophrénie apsychotique ou ambulatoire. Les bizarreries s'accroissent lentement au cours de l'existence. F. Marco Merenciano (1945) en a décrit trois formes : mélancolique, hypocondriaque et dépressive.

—  Georges TORRIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHIZOÏDIE  » est également traité dans :

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] L'individualisation de la psychose infantile s'est opérée en trois étapes. En 1906, Sancte de Sanctis décrivit une dementia precocissima catatonica survenant chez des enfants de quatre à dix ans et caractérisée par une évolution chronique et démentielle conformément au schéma kraepelinien. En 1908, Heller rapporta également des cas de dementia infantilis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_36732

SCHIZOPHRÉNIE

  • Écrit par 
  • Maurice BAZOT, 
  • Gilles DELEUZE
  •  • 6 973 mots

Dans le chapitre « Le groupe des schizophrénies de Bleuler »  : […] À la suite de Kraepelin, les psychiatres du début du xx e  siècle contestent de plus en plus la réalité du critère d'« affaiblissement démentiel ». Sous ce masque de pseudo-démence se cachent en fait : une « discordance psychique » pour P. Chaslin, une « ataxie intrapsychique » pour E. Stransky, une « coupure » dans le fonctionnement de l'esprit, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schizophrenie/#i_36732

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « SCHIZOÏDIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/schizoidie/