ŚĀTAVĀHANA

L'état d'anarchie que connut l'Inde vers le milieu du ~ ier siècle favorisa la montée de la dynastie Śātavāhana. Son royaume s'étendait primitivement autour de Prātisthana (moderne Paithan), sur la haute Godāvarī ; bientôt il engloba le Mālva oriental de la région côtière du Mahārāstra. Quoiqu'ils eussent repoussé les envahisseurs étrangers venus du nord-ouest, les Śātavāhana déplacèrent leur centre de gravité vers l'est : aux iie et iiie siècles, on les retrouve établis au pays Andhra, entre le delta de la Godāvarī et celui de la Kistnā. Pourtant, il semble que même alors leur influence persista aux alentours de Bombay, au moins sur le plan culturel. Ces rois protégeaient le bouddhisme et se montraient accueillants aux schismatiques (Mahāsāmghikas). Sous leur règne, qui demeure mal connu en dépit des inscriptions et des mentions dont ils font l'objet dans la littérature religieuse, furent créés ou agrandis de nombreux monastères, tant à l'ouest du Dekkan (grottes taillées dans les escarpements des Ghāts occidentaux) qu'à l'est (stūpas géants, tels ceux d'Amarāvatī, de Goli et de Nāgārjunikonda).

—  Rita RÉGNIER

Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  SATAVAHANA  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Gupta au XIIe siècle »  : […] La transformation la plus importante du bouddhisme est la formation d'une nouvelle branche qui n'a pas fait disparaître les anciennes écoles, mais a donné une nouvelle histoire à la religion. Il n'y a pas de date de schisme qui en marque la naissance. Il y a constitution progressive de nouvelles orientations, le plus souvent dues à de fortes personnalités. Elle se sont donné le nom de Mahāyāna (« […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « La période Śatavāhana »  : […] Les établissements rupestres bouddhiques des périodes archaïque et pré-classique (env. 250 av. J.-C.-300 apr. J.-C.) comptent près d'un millier d'excavations sur une cinquantaine de sites (S. Nagaraju), groupés spécialement dans les Ghāts occidentales près de Bombay et de Poona, d'une part, et au centre du Mahārāṣṭra autour d'Auraṅgābād, d'autre part. Aménagés pour abriter les moines à la saison […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rita RÉGNIER, « ŚĀTAVĀHANA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/satavahana/