NACHT SACHA (1901-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Émigré d'une Roumanie où s'appliquait le numerus clausus frappant les Juifs, Sacha Nacht fut toujours soucieux de faire reconnaître la psychanalyse par les autorités médicales et les pouvoirs publics. Il se montra attaché aussi à la reconnaissance par l'Association psychanalytique internationale de l'Institut de psychanalyse de Paris, dont il fut le fondateur et le premier directeur.

Aussi l'institution dont il fut longtemps le pilier se trouve-t-elle singulièrement marquée des degrés d'une hiérarchisation interne. À cette structuration reflétant les effets propres au transfert de pouvoir vient correspondre ce qui, dans l'enseignement, se délivre comme transfert de savoir. La Psychanalyse d'aujourd'hui (1957), ouvrage collectif publié sous sa direction, témoigne de cette orientation ouvertement didactique, encore accentuée par le projet idéal d'un Traité de psychanalyse, dont seul un premier tome vit le jour. Pourtant, l'œuvre de Sacha Nacht, par bien des aspects, exprime une tendance opposée à celle d'une compilation du savoir. Elle est régulièrement parcourue par les données les moins conceptualisables. Telle la notion de « communication non verbale », développée à partir de celle de « moi autonome », héritage de Heinz Hartmann, lequel fut indiqué par Freud comme second analyste à Sacha Nacht à l'issue d'un trimestre d'entretiens qu'ils eurent en 1936.

Il peut ainsi paraître que cette figure de la psychanalyse s'est supportée d'un étonnant clivage où la stricte temporalité du pouvoir institutionnel, pris comme fondement de l'exercice de la psychanalyse, sert d'étai à une pratique dont la lettre écrite témoigne de ceci que les effets de symbolisation y sont secondaires par rapport à la promotion de fusions projetées comme restauratrices d'un état de manque originel.

Nous sommes au plus loin, semble-t-il, de ce que Jacques Lacan interrogera dans le texte de Freud notamment sur « la fonction et le champ de la parole et du langage en psychanalyse », sur « l'instance de la lettre dans l'inconscient » et également sur la mise en q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : médecin, psychiatre, psychanalyste, directeur de programme au Collège international de philosophie, directeur des Cahiers Confrontation
  • : psychanalyste

Classification


Autres références

«  NACHT SACHA (1901-1977)  » est également traité dans :

LEBOVICI SERGE (1915-2000)

  • Écrit par 
  • Anny COMBRICHON
  •  • 900 mots

En 1946, orienté vers la pédiatrie, il est assistant de Georges Heuyer à l'hôpital des Enfants malades lorsqu'il commence une analyse avec Sacha Nacht, grand clinicien de la Société psychanalytique de Paris (S.P.P.), instigateur du courant médical. Pourtant, en 1949, conformément à la doctrine culturelle du jdanovisme et sur ordre du P.C.F., il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-lebovici/#i_85411

Pour citer l’article

René MAJOR, Marc NACHT, « NACHT SACHA - (1901-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacha-nacht/