ROQUETAILLADE JEAN DE (XIVe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'aile franciscaine des spirituels, attachés au respect strict de la pauvreté volontaire, a fourni à l'alchimie plusieurs adeptes. Connu sous les noms, français, de Roquetaillade, catalan, de Rochatallada et, latin, de Rupescissa, l'auteur du traité De la quintessence est né en Catalogne et a fait ses études à Toulouse, où il s'initia aux travaux d'Arnaud de Villeneuve. Prédicateur et missionnaire franciscain, il parcourt l'Europe, va prêcher jusqu'à Moscou et s'assure une grande réputation à la cour d'Aragón. Sa renommée de prophète va croissant à mesure que certains événements, dont la bataille de Poitiers et le Grand Schisme, confirment ses prédictions.

Hostile à la corruption de l'Église et à la politique du pape Jean XXII, il proclame que Rome sera dépouillée du superflu dont elle a abusé et la compare à un oiseau né sans plumes, auquel les autres ont fourni un plumage qu'ils réclament maintenant eu égard à sa tyrannie. Ses sympathies pour les fraticelles lui attirent une première mise en garde de l'Inquisition à Aurillac en 1340. Imprudemment venu en Avignon, il est arrêté en 1349 et n'échappe au bûcher que grâce à une habile défense. Jeté en prison, il n'aurait été libéré qu'après une longue détention.

L'hostilité de Jean XXII vis-à-vis des alchimistes, qu'il condamne dans la bulle Spondent quas non exhibent, n'est peut-être pas étrangère au courant hermétiste qui se développe parmi les partisans de la pauvreté du Christ. Dans De la quintessence, où sont abordées les opérations du Grand Œuvre, Rupescissa ne dissimule pas sa volonté de mettre l'or alchimique au service des vrais fidèles et contre ceux qui fabriquent de la fausse monnaie spirituelle, entendez le pape. Son ouvrage relève davantage de la médecine mystique que de l'art de la transmutation. Le métal céleste du soleil, or véritable, dispense un élixir quintessenciel qui a pouvoir d'effacer les maux de l'humanité. Il appartient à l'alchimiste de fabriquer l'eau de vie qui doit assurer le salut de tous. Comme chez Arnaud de Villeneuve, l'alchimie s'apparente à une technique de purification dont le résultat serait une foi vivante, capable d'unir les hommes et de les débarrasser de la corruption de l'argent.

—  Raoul VANEIGEM

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « ROQUETAILLADE JEAN DE (XIVe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roquetaillade-jean-de/