ROBERT LE PETIT dit ROBERT LE BOUGRE (XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Célèbre inquisiteur, réputé pour sa rigueur et ses excès. Adepte du catharisme (de là vient son surnom de Bougre), dans lequel il avait atteint le grade de parfait et dont il était tenu pour un docteur, il revint à l'orthodoxie et entra dans l'ordre des Frères prêcheurs. Il entreprit en 1233 son action d'inquisiteur en Bourgogne et fit alors brûler ses premières victimes à La Charité-sur-Loire. Devant l'inquiétude que suscitèrent ses méthodes et ses œuvres, engagées sans leur consentement et par-dessus leur juridiction, les archevêques de Sens et de Reims, à qui il revenait de juger les hérétiques dans leurs propres diocèses, intervinrent auprès du pape Grégoire IX. Celui-ci apaisa leurs craintes. Peu après cependant (1235), Robert fut nommé inquisiteur général pour la France, à l'exception du Languedoc. Il se montra alors impitoyable dans la répression, non seulement à l'encontre des cathares et autres hérétiques, mais aussi contre tous ceux qu'il suspectait de les connaître sans les dénoncer. Il les pourchassa particulièrement en Champagne et aux confins de cette région avec la Bourgogne. En 1239, il envoya au bûcher, à Mont-Wimer, cent quatre-vingt-sept hérétiques et complices d'hérésie. À la suite de plaintes du clergé et des autorités civiles, le pape ordonna une enquête qu'il confia au bénédictin Mathieu Paris. Ce dernier établit la véracité des mesures abusivement brutales et illégales de Robert, qui fut relevé de ses fonctions et condamné à la prison à vie.

—  Marcel PACAUT

Écrit par :

  • : professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université de Lyon-II-Lumière

Classification


Autres références

«  ROBERT LE PETIT dit ROBERT LE BOUGRE ( XIII e s.)  » est également traité dans :

INQUISITION

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX, 
  • Yves DOSSAT
  •  • 5 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De nouveaux moyens de répression »  : […] les coupables et leurs aides. Semblable mission fut confiée au prieur de Besançon et à Robert le Petit, plus connu sous le surnom de Bougre. Pour la première fois, on se trouve en présence d'un ensemble de mesures qui attribuent à un tribunal d'exception le châtiment des ennemis de la foi, par application d'une législation précise : c'est la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inquisition/#i_39029

Pour citer l’article

Marcel PACAUT, « ROBERT LE PETIT dit ROBERT LE BOUGRE (XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-le-petit-dit-robert-le-bougre/