REICHSWEHR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Armée de métier de la République de Weimar, la Reichswehr est née de la Constitution de 1919. Les rapports du chef de l'État avec l'armée devinrent alors très différents de ceux qui avaient existé au temps du Kaiser. À la suite des réformes constitutionnelles d'octobre 1918, l'armée était, en principe, soumise au contrôle parlementaire. Le président de la République avait le titre de commandant en chef, les membres de l'armée ne prêtaient pas serment au président, mais à la Constitution. En fait, l'autorité de l'armée se trouvait plutôt renforcée ; car, toute autorité législative qui appartenait aux différents États allemands étant transférée au Reich, l'armée se trouvait organisée d'un bout à l'autre du pays sur des plans uniformes et placée sous un ministre de la Défense nationale (Reichswehrminister) faisant partie du cabinet et sous un seul général commandant en chef. Le projet de loi ayant trait à l'organisation de la Reichswehr fut déposé à l'Assemblée le 25 février 1919 et adopté le 9 mars.

La loi sur la Reichswehr reflétait assez exactement la confusion de tout ce qui se passait en Allemagne à ce moment-là : car c'était un étrange mélange d'aspirations démocratiques et de tendances réactionnaires. Cette loi pouvait paraître comme un honnête effort pour réaliser — comme le disait Noske — « le grand idéal d'une nation en armes qui impose l'esprit démocratique dans les questions militaires » ; et aussi comme un effort sincère pour concilier la tendance nouvelle du contrôle parlementaire avec la rigidité des méthodes prussiennes sur les tendances démocratiques. En fait, cet « honnête effort » ne fut jamais véritablement tenté. Pendant les quinze ans que dura la République de Weimar, il n'y eut que quatre ministres de la Défense nationale — bien qu'il y eût quatorze chanceliers. Sur ces quatre hommes, les deux premiers étaient des civils, Noske et Gessler, sur qui leurs conseillers militaires avaient une telle emprise que (de bonne foi ou en qualité de complices) ils servirent leurs véritables maîtres docilement. Leurs successeurs furent deux généraux, Gröner et von Schleicher, qui savaient très bien ce qui se tramait et ne renseignaient le gouvernement que juste autant qu'ils le jugeaient utile. Le contrôle parlementaire de l'armée n'existera à aucun moment. Ce qui permettra à Hitler, lorsqu'il prendra le pouvoir, de trouver à sa disposition une solide structure de réarmement toute prête à remettre en marche la machine de guerre allemande.

Six mois après l'armistice, le gouvernement de la République de Weimar disposait de 400 000 hommes bien instruits et pleins de confiance en leurs chefs. L'armée avait réussi à sauvegarder l'unité du Reich, à écarter la menace de la guerre civile et, par-dessus tout, à restaurer le prestige de ses propres chefs. Au cours de l'été de 1919, elle était déjà parvenue à occuper une position clé dans les conseils politiques de la République. C'est alors que les Alliés firent connaître leurs conditions de paix à la délégation allemande à Versailles. Parmi celles-ci : l'armée devait être réduite à 100 000 hommes enrôlés pour une durée de douze ans, sauf 4 000 officiers dont la durée de service serait de vingt-cinq ans ; l'Allemagne n'aurait le droit de posséder ni avions militaires, ni tanks, ni artillerie ; le grand état-major serait dissous « et ne pourrait être reconstitué sous aucune forme » ; le même sort était réservé à l'École de guerre et aux écoles militaires comme celle de l'École des cadets de Lichterfelde ; la flotte allemande serait remplacée par une marine des plus réduites — sans un seul sous-marin — et dont le navire le plus grand ne pourrait excéder 10 000 tonnes.

La publication des conditions de paix tomba comme un coup de massue sur toute la population allemande. Elles furent considérées comme étant « intolérables pour n'importe quelle nation » et suscitèrent de violentes polémiques. Quoi qu'il en fût, le traité de Versailles fut signé le 28 juin 1919. L'acceptation par le gouvernement allemand et la signature du traité marquèrent la fin de toute unité réelle dans la politique allemande sous la République de Weimar, mais, paradoxalement, elles scellèrent l'unité de l'armée. Le 5 juillet 1919, le gouvernement de Weimar créait un organisme nouveau : la Commission préparatoire pour l'armée de la paix (Volkskommission für das Friedensheer), et en nommait le général [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  REICHSWEHR  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les milieux sociaux »  : […] La Première Guerre mondiale et la défaite de l'Allemagne n'ont pas eu les conséquences sociales qu'on aurait pu attendre des crises qui l'ont secouée de 1918 à 1923 . Le mouvement spartakiste n'a pas réussi à instaurer la dictature du prolétariat. Les membres des corps francs qui s'étaient battus en Allemagne et dans les pays baltes – ceux qu'Ernst von Salomon a appelés die Geächteten (les hors-l […] Lire la suite

BECK LUDWIG (1880-1944)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 292 mots

D'une famille d'industriels, Ludwig Beck fait de brillantes études militaires et sert dans différents états-majors durant la Première Guerre mondiale qu'il termine avec le grade de major. Dans la Reichswehr, il est de ces jeunes officiers qui collaborent clandestinement avec l'Armée rouge pour parfaire leur instruction et s'entraîner sur du matériel moderne. Le jeune mouvement national-socialiste […] Lire la suite

BLOMBERG WERNER baron von (1878-1946)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 345 mots

Officier d'état-major de la Reichswehr, Blomberg est, à partir de 1925, chef du département de l'instruction puis, en 1927, du département des troupes. À ces titres, il collabore avec l'Armée rouge et se lie de sympathie avec le futur maréchal soviétique Toukhatchevski. En 1929, il est nommé commandant en chef de l'importante circonscription militaire de Königsberg. À partir de 1930, Blomberg — sa […] Lire la suite

RÖHM ERNST (1887-1934)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 738 mots
  •  • 1 média

Bavarois, officier de métier, plusieurs fois blessé pendant la Première Guerre mondiale (mutilé de la face), esprit politique pénétrant et remarquable organisateur, Ernst Röhm sert en 1919 dans le corps franc de von Epp puis devient membre de l'état-major de la Reichswehr en Bavière. C'est là qu'il fait la connaissance de l'« homme de confiance », Adolf Hitler. Comme presque tout le monde, il est […] Lire la suite

SCHLEICHER KURT VON (1882-1934)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 299 mots

Descendant d'une vieille famille d'officiers prussiens, Schleicher fait partie du 3 e  régiment de la garde. Il passe la Première Guerre mondiale au grand état-major général. Conseiller politique de Groener, il joue un rôle important dans la création et l'organisation de la nouvelle Reichswehr. Conseiller de von Seeckt et chef du département politique, au ministère de la Reichswehr, il participe à […] Lire la suite

SEECKT HANS VON (1866-1936)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 409 mots

D'une vieille famille noble de Poméranie, Hans von Seeckt devient, à dix-neuf ans, officier subalterne dans le 1 er régiment de gardes à pied et gravit rapidement les échelons hiérarchiques, grâce à son savoir-faire avec les hommes et à ses dons d'officier d'état-major. Il voyagea en Afrique, aux Indes et à travers l'Europe. Lors de la Première Guerre mondiale, attaché au 3 e  corps d'armée, il c […] Lire la suite

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 950 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Mise en place et consolidation du nouveau régime (1933-1936) »  : […] Hitler semble donc avoir pris le pouvoir légalement. Le gouvernement qu'il forme aussitôt n'est nullement composé exclusivement de nationaux-socialistes. Au contraire. Y dominent les représentants de la droite classique. Von Papen est vice-chancelier, Alfred Hugenberg dirige l'Économie et l'Agriculture, Konstantin von Neurath est ministre des Affaires étrangères, le général Werner von Blomberg, m […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « REICHSWEHR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reichswehr/