MASON RAYMOND (1922-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Raymond Mason, sculpteur « anglo-français » selon le terme qu'il revendiquait, fut un des plus obstinés promeneurs de Paris, ville où il s'était installé en 1946, après des études de peinture dans sa ville natale de Birmingham, puis au Royal College of Art au Slade School of Fine Art de Londres. Dans l'effervescence de la Libération, il y rencontra notamment deux maîtres exigeants, Giacometti et Balthus, qu'il fréquenta longuement. Se plaçant dans leur rayonnement, Mason avait aussi conscience de s'inscrire dans la tradition figurative et narrative de l'art anglais, de Hogarth à Francis Bacon, en refusant le « non-sens et la non-communication de l'art abstrait ».

Deux thèmes principaux dominent son œuvre peint, dessiné ou sculpté, les paysages et l'être humain. Les premiers sont souvent traités en bas-reliefs vigoureusement colorés, qu'ils soient urbains – Rome, Paris, Manhattan – ou campagnards – la série des Montagnes du Lubéron, commencée dès 1962. Quant aux êtres humains, ce sont des passants ordinaires avec leurs gestes quotidiens, des héros anonymes du xxe siècle saisis dans leur singularité. À la différence de Giacometti, Mason ne représente jamais la solitude essentielle de l'homme, mais la foule des métropoles contemporaines, « l'homme multiplié. Moi-même semblable aux autres, me répétant à l'infini, dans le mouvement [de la ville] ». Préparé par de nombreux dessins qui remontent à 1960, le grand plâtre La Foule est présenté à Paris dès 1968, puis installé en bronze, au Jardin des Tuileries en 1986. La force épique de cette composition monumentale tient à l'expressivité de chaque personnage. Réalisée en 1979-1980, Une foule illuminée – installée à Montréal en 1986 – est la continuation monumentalisée de cette première composition. Soixante-cinq personnages y sont figurés grandeur nature, en train de découvrir une réalité hors champ qu'on imagine d'après les réactions qu'elle suscite. « Illuminés par un spectacle, un incendie ou un idéal, les personnages, explique l'artiste, sont éclairés horizontalement de face. La lumière se perd progressivement dans la f [...]

autre :

 

Crédits :

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de théorie de l'art contemporain à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  MASON RAYMOND (1922-2010)  » est également traité dans :

RÉALISME RETOUR AU

  • Écrit par 
  • Jean CLAIR
  •  • 5 154 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « « De l'art à la nature, de la nature à l'art » »  : […] La Biennale de Venise, en juin 1978, avait proposé comme thème : « De l'art à la nature, de la nature à l'art ». Du côté des courants de la « modernité », ce programme naturaliste n'offrait guère de surprises au hasard des divers pavillons nationaux : poncifs et ennui. En revanche, au pavillon italien, une rétrospective de peinture découvrait le talent de Piero Guccione et révélait Attilio Forgio […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul-Louis RINUY, « MASON RAYMOND - (1922-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-mason/