RADIOLOGIE : ANTOINE BÉCLÈRE

Wilhelm Röntgen, physicien de Würtzburg (Allemagne), publie le 28 décembre 1895 sa découverte des rayons X. Deux médecins parisiens, Toussaint Barthélemy et Paul Oudin, réussissent les premières radiographies françaises, présentées à l'Académie des sciences le 20 janvier 1896.

Antoine Béclère

Antoine Béclère

photographie

Antoine Béclère (1856-1939), photographié à quarante ans, âge où il s'est intéressé aux rayons X et à leurs applications médicales, devenant ainsi l'un des pionniers de la radiologie et de la radiothérapie en France. 

Crédits : Guy Pallardy

Afficher

Aux séances de radioscopie qu'ils organisent pour en démontrer l'utilité, leur camarade d'internat Antoine Béclère (1856-1939) s'enthousiasme et envisage tout l'intérêt que le diagnostic médical peut en retirer. Chef du service de médecine de l'hôpital Tenon, il installe à ses frais en 1897 un appareil de radioscopie afin de pouvoir examiner ses malades ; le générateur de haute tension est actionné à la main et, ainsi, la radiologie entre dans les hôpitaux avant l'électricité.

Béclère, nommé à Saint-Antoine en 1899, y transporte son matériel un peu amélioré puis, en 1902, adjoint la radiothérapie. Il se consacre à la radiologie, invente des appareils, jette les bases de la sémiologie, crée un enseignement suivi par de nombreux médecins français et étrangers, devient une référence mondiale et connaît les honneurs : Académie de médecine et présidence du Congrès international de radiologie de 1931.

—  Guy PALLARDY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-V, radiologiste honoraire des hôpitaux de Paris

Classification

Pour citer l’article

Guy PALLARDY, « RADIOLOGIE : ANTOINE BÉCLÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/radiologie-antoine-beclere/