Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PROSOPAGNOSIE

La prosopagnosie est un déficit de la reconnaissance des personnes par le visage causé par une lésion cérébrale, qui ne résulte ni de troubles ophtalmologiques ni de déficits intellectuels. Le patient prosopagnosique est incapable de reconnaître les personnes connues avant la lésion et d’apprendre de nouveaux visages. Il est cependant capable de reconnaître les personnes par la voix, la posture, les vêtements, etc. Un déficit limité à la reconnaissance des visages est très rare, mais la prosopagnosie est présente chez 6 p. 100 des patients avec lésions postérieures parmi d’autres déficits de reconnaissance visuelle, voire chez 30 p. 100 de ces patients si elle est définie sur la base d’une performance inférieure à la normale. La prosopagnosie d’origine vasculaire, généralement due à un accident de l’artère cérébrale postérieure droite, est la plus fréquente (40 p. 100). Les autres causes sont les accidents traumatiques, les lobectomies temporales ou les encéphalites. Chez les sujets droitiers, une lésion du cortex ventral occipito-temporal droit est nécessaire pour provoquer une prosopagnosie, une lésion unilatérale gauche pouvant suffire chez des gauchers. Une prosopagnosie transitoire peut également être provoquée par stimulation électrique de ces régions de l’hémisphère droit. Il n’y a pas de distinction claire entre une prosopagnosie « perceptive » et « mnésique » : tous les patients prosopagnosiques présentent des difficultés pour élaborer en un seul coup d’œil un percept visuel global, intégrant l’ensemble des éléments du visage, et qui soit suffisamment détaillé pour individualiser ce visage.

On décrit une prosopagnosie congénitale ou développementale lorsque le trouble de reconnaissance des visages n’est pas lié à une lésion cérébrale acquise. Toutefois ce terme est débattu suite à la variabilité importante de performance de reconnaissance de visages au sein de la population normale : les cas de prosopagnosie développementale pourraient simplement refléter la situation des personnes les moins physionomistes de la population.

— Bruno ROSSION

Bibliographie

T. Busigny, E. Mayer & B. Rossion, « Prosopagnosia », in O. Godefroy dir., The Behavioral and CognitiveNeurology of Stroke, pp. 231-246, Cambridge University Press, Cambridge, 2013.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en psychologie, professeur, université catholique de Louvain (Belgique)

Classification

Pour citer cet article

Bruno ROSSION. PROSOPAGNOSIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 02/06/2016

Autres références

  • VISION - Perception visuelle et conscience

    • Écrit par et
    • 4 548 mots
    • 3 médias
    Ces dissociations entre perception explicite et implicite existent également dans d'autres pathologies intéressant la reconnaissance visuelle. En effet, des patients souffrant de troubles de la reconnaissance visuelle des objets (agnosie), des visages (prosopagnosie) ou encore du langage écrit (alexie...