Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PRONUNCIAMIENTO

Passé dans le vocabulaire politique international, le terme de pronunciamiento désigne en Espagne et en Amérique latine un coup d'État militaire qui fait appel à l'opinion publique ; l'auteur du coup d'État « prononçait » un discours qui marquait une prise de position politique partagée par la population, mais que celle-ci ne pouvait ou ne voulait pas exprimer. Ces coups d'État sans grande préparation matérielle se passaient souvent sans violence, se limitant à la destitution de ministres et d'officiers supérieurs, à la suspension de la Constitution en vigueur et à la prise du pouvoir central. Tout au long des xixe et xxe siècles, se succédèrent en Espagne les pronunciamientos libéraux (Riego, 1820), puis conservateurs (entre autres : Espartero, 1840 ; O'Donnel, 1854 ; Primo de Rivera, 1923), et enfin, le 18 juillet 1936, celui des généraux Mola et Franco qui déclencha, contrairement à ceux qui l'avaient précédé, une violente guerre civile.

— Charles LESELBAUM

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Charles LESELBAUM. PRONUNCIAMIENTO [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • JUNTE

    • Écrit par
    • 644 mots

    Au sens moderne, le terme « junte » suggère une poignée de militaires qui se sont emparés du pouvoir dans tel État d'Amérique latine. Certes, étymologiquement, junta signifie en espagnol « assemblée », mais selon les circonstances qui entourent sa création, cet organisme revêt des...

  • OLYMPIADES POPULAIRES

    • Écrit par
    • 1 134 mots

    Le mouvement sportif ne s'est pas structuré en épousant unanimement les idées de Pierre de Coubertin. En effet, durant le premier xxe siècle, les organisations ouvrières internationales refusent l'approche élitiste du baron. Le C.I.O. se voit présenté par celles-ci comme un « ramassis d'aristocrates...