PRINCIPES DE LA PRÉVISION NUMÉRIQUE DU TEMPS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les méthodes qui allaient permettre au début des années 1950 la prévision numérique du temps et du climat sont énoncées en 1922. À cette époque, les prévisions météorologiques étaient principalement déduites du déplacement des phénomènes existants ou de la comparaison avec les situations passées, des méthodes atteignant très rapidement leurs limites dans un système aussi complexe et chaotique que l’atmosphère. Fondées sur les équations de Navier-Stokes qui gouvernent la mécanique des fluides et sur celles de la thermodynamique, les principales lois qui gouvernent la physique de l’atmosphère étaient connues. Il s’agissait cependant d’un système d’équations complexe pour lequel il n’existait pas de solution directe, dite solution analytique.

Lewis Fry Richardson (Newcastle-upon-Tyne, Angleterre, 1881 – Kilmun, Argyll, Écosse, 1953), mathématicien et météorologue anglais diplômé de Cambridge, a été le premier à rechercher une méthode de calcul applicable à la prévision du temps. En 1922, dans Weather Prediction by Numerical Process, il rapporte que, pour contourner le problème, il faut chercher à en obtenir une solution approchée à partir de méthodes numériques. Il imagina alors de calculer l’évolution des paramètres météorologiques sur de petits pas de temps (toutes les trois heures), après avoir représenté l’atmosphère sous forme d’un ensemble de parcelles uniformément réparties selon une gigantesque grille d’environ 200 kilomètres de maille et couvrant cinq couches de l’atmosphère, donc constituant autant de colonnes. Installés dans une immense « usine », des opérateurs pourraient ainsi calculer, chacun de son côté, l’évolution d’un paramètre dans la parcelle qui lui aurait été attribuée, avant de transmettre ses résultats aux opérateurs des parcelles voisines et de récupérer les leurs pour poursuivre ses opérations. Richardson estimait alors que 64 000 personnes seraient nécessaires pour faire avancer le calcul à la même vitesse que les changements survenant dans l’atmosphère, ce qui préfigurait bien avant l’h [...]

Lewis Fry Richardson

Photographie : Lewis Fry Richardson

Pendant la Première Guerre mondiale, le Britannique Lewis Fry Richardson, mathématicien de formation, développe une méthode de prédiction météorologique sur des bases numériques. Il la publiera en 1922. Les premières tentatives d'application ayant été un échec, faute de moyens de... 

Crédits : Kurt Hutton/ Picture Post/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « PRINCIPES DE LA PRÉVISION NUMÉRIQUE DU TEMPS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/principes-de-la-prevision-numerique-du-temps/